Pentecost XII – Sermon

Twelfth Sunday after Pentecost
August 15, 2021

 I Kings 2:10-12, 3:3-14
Ephesians 5:15-20
John 6:51-58

During the pandemic, a surprising number of people have focused on two things that they might have neglected in the past. Firstly, the lockdowns, restrictions and closures of restaurants and cafés have led to people cooking for themselves, sometimes for the first time. People have been experimenting with new recipes and baking their own bread. Secondly, the closure of in-person worship services has paradoxically deepened people’s prayer lives; either by participating in an increased number of streaming services or by praying on their own. Our reading today from John’s gospel suggests that there is a curious but deep connection between these two phenomena. Brillat-Savarin, the French lawyer and gastronome famously said, “Tell me what you eat, and I will tell you who you are.” We might equally say, “Tell me how you pray and I will tell you who you are.” Eating and remembering, eating and storytelling, eating and praying have always been very closely linked. We can see that link in many stories in the Bible of Jesus eating and praying with his followers, and the many parables he told about the kingdom of heaven being likened to a banquet.

People have always been interested in diet and food consumption. The dietary restriction in Judaism, Islam and Christianity (no meat on Fridays for instance), and the spiritual discipline of fasting are common to all those great religions. Religions throughout history and all over the planet see a close relationship between food and the ways we become closer to God or to each other. Secular society isn’t exempt from this connection. The imperative to save the planet from climate change is linked to a reduction in meat consumption. Our health-conscious age is constantly reminding us of the phrase: “You are what you eat.” A child with poor nutrition can become sick or even die. Eating food high in cholesterol can produce heart disease. Excess sugar can lead to diabetes. We are told that a person eating a proper, healthy diet grows and prospers. Clearly, what we eat is important. Today’s gospel reading is all about eating. Jesus says, “Unless you eat the flesh of the Son of Man and drink his blood, you have no life in you. Those who eat my flesh and drink my blood have eternal life.” It is almost as if he were saying: “You are what you eat.” He could have said, “If you do not eat of what I am, you will become malnourished and get ill and risk spiritual death.”

In Matthew, Mark and Luke’s Gospels, we have an account of the Last Supper, but in John’s gospel, Jesus explains to his disciples the meaning of Holy Communion. He speaks of an outward sign of a profound truth. The physical and incarnational elements of bread and wine, through the power and spirit of God, become for us what Jesus really is. And if we are faithful to the command, “Do this in memory of me”, we become what we eat. But what do we really know about this eating that Jesus commands us to do? This is a particularly painful and difficult question to answer given the restrictions placed on communal eating and drinking during a pandemic. It’s impossible for us to share in the common cup, and many people in our beloved community haven’t received holy communion for the past eighteen months. In the meantime, we have had to concentrate on other ways to express our belonging to the body of Christ. Our fasting from the physical elements of the bread and wine of holy communion has deepened our appetite for it. It has been very moving to see the faces of those receiving communion for the first time since the pandemic during the Tuesday and Wednesday eucharists.

In more normal times I have always offered communion to anyone who wishes it. I remind us all in every service that “This is not our table, it is the Lord’s table, and no one is excluded. You are all welcome to receive Holy Communion if you wish to.” The same reasoning applies to baptizing children. This isn’t our initiative, it’s God’s initiative. He is hungry for us, and we are hungry for him. But we initiate nothing. When we celebrate Holy Communion, we celebrate what God does for us. It is indeed not our table. We are only the honored guests.

I know that there are those who say that people shouldn’t receive holy communion unless they know what they are doing. But who’s to say that any of us understands everything about what Jesus meant in today’s gospel? We are all still trying to understand what Jesus said. We are what we eat; so we must be careful about what we eat and digest spiritually. The world offers us a lot of unhealthy diets – diets of materialism and greed and selfishness. Feeding on the word of God and sharing the body and blood of Christ sustains and nourishes the spirit. It is food for the soul.

When we share the bread and wine of Holy Communion, Christ penetrates our being and nourishes our lives. The early church writer Irenaeus put it this way: “The word of God, Jesus Christ, on account of his great love for mankind, became what we are in order to make us what he is himself.” Let us pray that we will always share in that food until we are invited to feast in the presence of God in paradise.

NJM

 

Le 12e Dimanche après la Pentecôte                                                                       le 15 août 2021

Durant la pandémie, un nombre surprenant de gens se sont concentrés sur deux choses qu’ils avaient peut-être négligées dans le passé. Premièrement, les confinements, les restrictions et les fermetures de restaurants et de cafés ont mené les gens à faire la cuisine chez eux, parfois pour la première fois. Des gens ont expérimenté de nouvelles recettes et se sont fait leur propre pain. Deuxièmement, la l’impossibilité d’être présents physiquement lors des offices a paradoxalement élargi la vie de prière des gens ; soit en participant à un nombre grandissant d’offices en ligne ou en priant seuls. Notre lecture aujourd’hui de l’évangile de Jean suggère qu’il existe un lien curieux mais profond entre ces deux phénomènes. Brillat-Savarin, l’avocat et gastronome français a dit : « Dis-moi ce que tu manges, et je te dirai qui tu es. » Nous pourrions également dire : « Dis-moi comment tu pries et je te dirai qui tu es. » Manger et se souvenir, manger et raconter des histoires, manger et prier ont toujours été très étroitement liés. Nous pouvons voir ce lien dans de nombreuses histoires de la Bible où Jésus mange et prie avec ses disciples, et dans les nombreuses paraboles qu’il a prononcées où il compare le royaume des cieux à un banquet.

Les gens se sont toujours intéressés aux régimes et à la consommation alimentaires. Les restrictions alimentaires dans le judaïsme, l’islam et le christianisme (pas de viande le vendredi par exemple), et la discipline spirituelle du jeûne sont communes à toutes ces grandes religions. Les religions à travers l’histoire et partout sur la planète voient une relation étroite entre la nourriture et la façon dont nous nous rapprochons de Dieu ou les uns des autres. La société laïque n’échappe pas à ce lien. L’impératif de sauver la planète face au réchauffement climatique est lié à une réduction de la consommation de viande. Dans cette époque où la santé est si importante, on nous rappelle constamment la phrase : « Vous êtes ce que vous mangez. » Un enfant mal nourri peut tomber malade ou même mourir. Manger des aliments riches en cholestérol peut provoquer des maladies cardiaques. L’excès de sucre peut conduire au diabète. On nous dit qu’une personne ayant une alimentation saine et appropriée grandit et prospère. De toute évidence, ce que nous mangeons est important. Manger, c’est le thème majeur de la lecture de l’évangile d’aujourd’hui. Jésus dit : « si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang possède la vie éternelle… » C’est presque comme s’il disait : « Vous êtes ce que vous mangez. » Il aurait pu dire : « Si vous ne mangez pas de ce que je suis, vous souffrirez de malnutrition, tomberez malade et risquerez la mort spirituelle. »

Dans les évangiles de Matthieu, Marc et Luc, il y a un récit de la Cène, mais dans l’évangile de Jean, Jésus explique à ses disciples le sens de la Sainte Communion. Il parle d’un signe extérieur d’une vérité profonde. Les éléments physiques et incarnés du pain et du vin, par la puissance et l’esprit de Dieu, deviennent pour nous ce que Jésus est vraiment. Et si nous sommes fidèles au commandement « Faites ceci en mémoire de moi », nous devenons ce que nous mangeons. Mais que savons-nous vraiment de cet acte que Jésus nous commande de faire ? Il s’agit d’une question particulièrement douloureuse et à laquelle il est difficile de répondre étant donné les restrictions imposées sur le partage de nourriture et de boisson pendant une pandémie. Il nous est impossible de partager le vin dans le calice, et beaucoup de personnes dans notre communauté bien-aimée n’ont pas reçu la sainte communion depuis dix-huit mois. Entre-temps, nous avons dû nous concentrer sur d’autres manières d’exprimer notre appartenance au corps du Christ. Notre jeûne des éléments physiques du pain et du vin de la Sainte Communion a approfondi notre appétit pour ceux-ci. Il a été très émouvant de voir les visages de ceux qui communient pour la première fois depuis la pandémie lors des eucharisties du mardi et du mercredi.

Lors de périodes plus normales, j’ai toujours offert la communion à qui le souhaitait. Je nous rappelle à tous durant chaque office que « ce n’est pas notre table, c’est la table du Seigneur, et personne n’est exclu. Vous êtes tous invités à recevoir la Sainte Communion si vous le souhaitez. » Le même raisonnement s’applique au baptême des enfants. Ce n’est pas notre initiative, c’est l’initiative de Dieu. Il a faim de nous, et nous avons faim de lui. Mais nous n’entamons rien. Lorsque nous célébrons la Sainte Communion, nous célébrons ce que Dieu fait pour nous. Ce n’est effectivement pas notre table. Nous ne sommes que les invités d’honneur.

Je sais qu’il y a ceux qui disent que les gens ne devraient pas recevoir la sainte communion s’ils ne savent pas ce qu’ils font. Mais qui peut dire que l’un d’entre nous comprend tout ce que Jésus voulait dire dans l’évangile d’aujourd’hui ? Nous essayons tous de comprendre ce que Jésus a dit. Nous sommes ce que nous mangeons ; nous devons donc faire attention à ce que nous mangeons et digérons spirituellement. Le monde nous offre beaucoup de régimes alimentaires malsains – des régimes de matérialisme, de cupidité et d’égoïsme. Se nourrir de la parole de Dieu et partager le corps et le sang du Christ soutient et nourrit l’esprit. C’est la nourriture de l’âme.

Lorsque nous partageons le pain et le vin de la Sainte Communion, le Christ pénètre notre être et nourrit notre vie. L’écrivain de l’Église primitive Irénée l’a exprimé ainsi : « La parole de Dieu, Jésus-Christ, en raison de son grand amour pour l’humanité, est devenue ce que nous sommes afin de faire de nous ce qu’il est lui-même. » Prions pour que nous partagions toujours cette nourriture jusqu’à ce que nous soyons invités à faire la fête en présence de Dieu au paradis.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.