Pentecost X – Sermon

Pentecost X
August 1, 2021
II Samuel 11:26 -12:13  Ephesians 4:1-16  John 6:24-35

“Theocracy is the worst of all governments. If we must have a tyrant, a robber-baron is far better than an inquisitor. The baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity at some point be sated; and since he dimply knows he is doing wrong he may possibly repent. But the inquisitor who mistakes his own cruelty and lust of power and fear for the voice of heaven will torment us infinitely, because he torments us with the approval of his own conscience.” C.S. Lewis – A Reply to Haldane.

Lewis is replying to the British Marxist scientist Haldane who had criticized his science fiction novels. He suggests that it is much easier to change the mind of a powerful rich tyrant than it is to change the mind of a powerful religious fanatic. The power and money-hungry tyrant might repent. But the powerful religious fanatic is so convinced that he is right that there is no hope of making him see someone else’s viewpoint or understand another’s pain. Our reading from the second book of Samuel reminded me of this quotation. Last week, we heard how king David sent Bathsheba’s husband Uriah to his death in battle, so that he could take her into his own house and claim his child by her. Today we hear the outcome of the sad story. David is the King of Israel and Judah. He has everything he wants – and more. God has lavished him with all riches. He is a popular and charismatic king with an assured dynastic succession. He has a palace and many wives. Despite this, David desires something that he cannot have. David wants someone else’s wife.

One of the most astonishing things about this story is the way in which David justifies this horrible act. The theft of Bathsheba and his consequent murder of her husband have left David morally blind. Which of C.S. Lewis’ categories does he fit into? Is he a despotic tyrant, or a religious fanatic? And how does the prophet Nathan get him to change his mind? Nathan employs a parable in order to illuminate the gravity of what the king has done. He tells the story of a little lamb that has been raised by a poor family as a prized possession. One day a greedy and rich neighbor is entertaining some honored guests. Instead of slaughtering one of his own flock (of which he has many), he steals the poor family’s lamb and serves it up to his guest. It is only at this point that David’s conscience is pricked: “As the Lord lives!” says David, “The man who has done this deserves to die; he shall restore the lamb fourfold, because he did this thing and had no pity.” And Nathan replies: “You are that man!” Do similar parables work today when dealing with the tyrants and fanatics of our own world?

Before we try to answer that question, let’s remember that the tyrants and fanatics of today are not only politicians. They include the capitalist leaders of multi-national corporations, chief advertising executives and the anonymous merchant bankers who direct the world’s markets. Here are two examples. Nestlé sells bottled water (among other things). Their plants in Nigeria pump away the water of local communities, depriving them of their rivers and springs. They then sell their own ‘purified’ water back to them for the price of a day’s salary for a single bottle. The empty bottles litter the water courses of Lagos and pollute the very planet that they rely on for their own product. The Peruvian avocados we enjoy are watered by the draining of rivers that conglomerates and corporations have diverted and privatized, putting small farmers out of business and depriving villages of their water supply. The examples of such egregious behavior abound. The spokespeople for these practices justify them in the same way that King David justified his treatment of Uriah. It seems that no parable or documentary will succeed in changing their behavior. They have become the market-driven fanatics of our own day, and their practices are contributing to the destruction of the societies and the planet that they are claiming to help.

How does the story of Nathan and David help us through this challenge? Firstly, nothing much has changed. The greedy and the powerful always want what they cannot have, simply because they never have enough. Secondly, such people view their own desires as much more important and legitimate than the desires of others. Finally, they have no clear idea of what it is that other people value: they are blinded to the true value of anything, because they see the world uniquely on their own terms. Until they hurt themselves, they will discount the hurt they cause to others.

And here is where the power of Nathan’s parable is felt. Nathan found a way to take David outside himself; enabling him to see the world through someone else’s eyes. The story of the cross and the resurrection of Christ can be seen in the same light. The cross calls us all to repentance – without exception. But it does more than this. We no longer look at the world through our own eyes. We see the world and others through the eyes of Christ; the one in John’s words “Who came down from heaven and gives life to the world.” That life is given not through the exercise of selfish power or the domination of religious fanaticism, but through self-offering and love. This is the love that has turned the values of the world upside down. Our task is the same as Nathan’s; to show others where to find the bread of life which when shared, will put an end to our hunger forever.

NJM

 

Le dixième Dimanche après la Pentecôte                                                           le 1er aout 2021

« La théocratie est le pire de tous les gouvernements. S’il faut un tyran, un baron brigand vaut bien mieux qu’un inquisiteur. La cruauté du baron peut parfois s’endormir, sa cupidité s’assoupir à un moment donné ; et puisqu’il sait vaguement que ce qu’il fait est mal, il est possible qu’il se repente. Mais l’inquisiteur qui confond sa propre cruauté, sa soif de pouvoir et sa peur avec la voix du ciel nous tourmentera infiniment, parce qu’il nous tourmente avec l’approbation de sa propre conscience. C.S. Lewis – Une réponse à Haldane.

Lewis répond au scientifique marxiste britannique Haldane qui avait critiqué ses romans de science-fiction. Il suggère qu’il est beaucoup plus facile de changer l’avis d’un puissant tyran riche que de changer l’avis d’un puissant fanatique religieux. Le tyran avide de pouvoir et d’argent pourrait se repentir. Mais le puissant fanatique religieux est tellement convaincu qu’il a raison qu’il n’y a aucun espoir de lui faire voir le point de vue de quelqu’un d’autre ou de lui faire comprendre la douleur de l’autre. Notre lecture du deuxième livre de Samuel m’a rappelé cette citation. La semaine dernière, nous avons appris comment le roi David a envoyé le mari de Batchéba, Urie, vers sa mort au combat, afin qu’il puisse emmener celle-ci et lui réclamer son enfant. Aujourd’hui, nous entendons le dénouement de cette triste histoire. David est le roi d’Israël et de Judée. Il a tout ce qu’il veut – et plus encore. Dieu l’a couvert de toutes richesses. C’est un roi populaire et charismatique avec une succession dynastique assurée. Il a un palais et de nombreuses femmes. Malgré cela, David désire quelque chose qu’il ne peut pas avoir. David veut la femme de quelqu’un d’autre.

L’une des choses les plus étonnantes dans cette histoire est la façon dont David justifie cet acte horrible. Le vol de Batchéba et le meurtre de son mari qui en a résulté ont rendu David moralement aveugle. Dans laquelle des catégories de C.S. Lewis s’inscrit-il ? Est-il un tyran despotique, ou un fanatique religieux ? Et comment le prophète Nathan le fait-il changer d’avis ? Nathan utilise une parabole afin mettre au jour la gravité de ce que le roi a fait. Il raconte l’histoire d’une petite brebis élevée par une famille pauvre comme son bien le plus précieux. Un jour, un voisin gourmand et riche reçoit des invités d’honneur. Au lieu d’abattre l’une de ses bêtes (parmi les nombreux troupeaux qu’il possède), il vole la brebis de la famille pauvre et la sert à son hôte. Ce n’est qu’à ce moment-là que la conscience de David est piquée : « Aussi vrai que le Seigneur est vivant ! » dit David : « celui qui a fait cela mérite la mort ! Puisqu’il a agi ainsi, sans aucune pitié, il remplacera la brebis volée par quatre autres brebis ! » Et Nathan répond : « Celui qui a fait cela, c’est toi ! » Des paraboles similaires fonctionnent-elles aujourd’hui face aux tyrans et aux fanatiques de notre propre monde ?

Avant d’essayer de répondre à cette question, rappelons-nous que les tyrans et les fanatiques d’aujourd’hui ne sont pas que des politiciens. Il s’agit aussi des dirigeants capitalistes de sociétés multinationales, des directeurs de publicité et des banquiers d’affaires anonymes qui dirigent les marchés mondiaux. Voici deux exemples. Nestlé vend de l’eau en bouteille (entre autres). Leurs usines au Nigeria pompent l’eau des communautés locales, les privant de leurs rivières et de leurs sources. Ils leur revendent ensuite leur propre eau « purifiée » au prix d’une journée de salaire pour une seule bouteille. Les bouteilles vides remplissent les cours d’eau de la ville de Lagos et polluent la planète dont ils dépendent pour la création de leur propre produit. Les avocats péruviens dont nous bénéficions sont arrosés en drainant des rivières que les conglomérats et les entreprises ont détournés et privatisés, mettant les petits agriculteurs en faillite et privant les villages de leur accès à cette eau. Les exemples de comportements aussi flagrants abondent. Les porte-paroles de ces pratiques les justifient de la même manière que le roi David a justifié la façon dont il a traité Urie. Il semble qu’aucune parabole ou documentaire ne parviendra à changer leur comportement. Ils sont devenus les fanatiques du marché de nos jours, et leurs pratiques contribuent à la destruction des sociétés et de la planète qu’ils prétendent aider.

Comment est-ce que l’histoire de Nathan et David nous aide à relever ce défi ? Premièrement, rien n’a vraiment changé. Les cupides et les puissants veulent toujours ce qu’ils ne peuvent pas avoir, simplement parce qu’ils n’en ont jamais assez. Deuxièmement, ces personnes considèrent leurs propres désirs comme beaucoup plus importants et légitimes que les désirs des autres. Enfin, ils n’ont aucune idée claire de ce que les autres apprécient : ils sont aveugles face à la vraie valeur de quoi que ce soit, parce qu’ils voient le monde uniquement selon leurs propres termes. Tant qu’ils ne sont pas blessés eux-mêmes, ils ignorent le mal qu’ils causent aux autres.

Et c’est là que le pouvoir de la parabole de Nathan se fait sentir. Nathan a trouvé un moyen de faire sortir David de lui-même ; lui permettant de voir le monde à travers les yeux de quelqu’un d’autre. L’histoire de la croix et de la résurrection du Christ peut être vue sous le même angle. La croix nous appelle tous à la repentance – sans exception. Mais elle fait plus que cela. Nous ne regardons plus le monde avec nos propres yeux. Nous voyons le monde et les autres à travers les yeux du Christ ; celui qui selon les mots de Jean « descend des cieux et donne la vie au monde ». Cette vie n’est pas donnée par l’exercice du pouvoir égoïste ou la domination du fanatisme religieux, mais par l’offrande de soi et l’amour. C’est l’amour qui a bouleversé les valeurs du monde. Notre tâche est la même que celle de Nathan ; montrer aux autres où trouver le pain de vie qui, une fois partagé, mettra fin à notre faim pour toujours.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.