Pentecost VIII – Sermon

Pentecost VIII
July 18, 2021
II Samuel 7:1-14 Ephesians 2:11-22 Mark 6:30-34, 53 – 56

When the first lock-down was imposed in New York City in March of last year, I decided that one of the ways in which we could respond to the situation would be to hold daily live-streamed morning and evening prayer services. A church known for its hospitality, its parties, its festivals and its welcoming spirit had to re-imagine itself as a church that held thirteen services a week; services which people could only attend virtually. It was quite a change of direction! As the weeks went by, we prayed for those affected by the pandemic, we remembered beloved members of our congregation whom we had lost, and heard stories of Christians of previous generations who had faced their own challenges and responded to them with prayer and Christian action. It was a privilege to be a part of a growing community of on-line members, engaged in the regular prayer life of St. Esprit. It was also a little disconcerting. The number of people participating surprised me – especially for morning and evening prayer. And the need to be visible, on camera every day took some getting used to. Joris and I had to learn to look at the camera as we used to look at the congregation; to smile, to be ‘present’, to leave a space for liturgical responses that we couldn’t hear. Since the summer schedule has started and I have been praying alone in the church, I can’t get out of the habit of looking at the camera in this way, even though it’s not switched on!

Daily on-line world-wide visibility presents certain challenges for those involved in ministry. Those challenges are similar to those presented by the introduction of the cell-phone. Most people carry a cellphone with them at all times, and there is never a time when they are theoretically ‘unavailable’. And those challenges are not new. In our reading today from Mark’s gospel, we heard that Jesus and his disciples were expected to be universally available to those seeking their ministry. If Jesus was on earth in our time, would he have a cellphone or live-stream his prayer life? The Gospel tells us that Jesus was so overwhelmed with people demanding things of him that he got up very early in the morning and went to a private place. When Simon discovered that Jesus was missing, he hunted for him high and low. When he eventually found Jesus (who was on his own praying) he ran over to him and said, “There you are! Everyone is looking for you!” If Jesus had carried a cell phone, you could just imagine the messages he would have received in that nice quiet and prayerful place: “Everyone is looking for you ☹ Get back to us ASAP!” As is the case for all of us, it seems as if on some days, everyone seems to be looking for you.

Jesus must have often felt the same way in his three years of public ministry. In our Gospel he insisted that he and the disciples take a boat and go somewhere to rest. It was time for him and his disciples to find the refreshment that they needed to carry on. Jesus clearly believes that if we don’t take the time to listen to God and receive from Him, we will have nothing to give to God or to our neighbor.

So, what lessons can we learn from this gospel?

  • First of all, even Jesus needed time for rest and refreshment. However close we feel to God in our daily occupations, we need some time to concentrate on God alone without any distractions. The more we feel that God is calling us to work for Him, the more important that time becomes.
  • Secondly, we should never believe that we are omnipotent. We cannot be everywhere at once. God alone is always available; we are not. It is a form of arrogance and vanity to believe that everything depends on us. Pastors and caregivers of all sorts are prone to this temptation. The more other people rely on you, the more important and indispensable you believe yourself to be. Learn to let go. People need to find strength for themselves; no one else can do it for them. Your help sometimes gets in the way of the people you help becoming fully aware of what they can do for themselves. Jesus knew this too: when the crowd in the wilderness gets hungry, the disciples run up to Jesus and ask him what he is going to do about it. Jesus wearily replies: “YOU give them something to eat.”
  • Thirdly, only God never slumbers or sleeps. God created us as frail human beings. We have to rest. Sleep reminds us of our frailty and our mortality. Sleep deprivation is increasingly one of the most important health crises in our nation. People who suffer from it have more accidents. They lose their tempers, crash their cars and become ill. If we deprive ourselves of spiritual refreshment, we will end up causing such accidents at a ‘spiritual’ level – we will hurt others without realizing what we are doing.

Finally, we should all ask ourselves the question: “Am I as anxious to be in touch with God and my deepest self as I am to be in touch with the world?” If the pandemic has taught us anything, it is the centrality of our life of prayer and the spiritual benefits of looking inward. But if the honest answer to that question about our priorities is “No”, let us take some time this summer to find our way back to the one who said, “Come unto me all you who are weary and heavy laden, and I will give you rest.” 

NJM

 

 

Le 8e dimanche après la Pentecôte                                                                      le 18 juillet 2021

Lorsque le premier confinement a été imposé à New-York en mars l’année dernière, j’ai décidé que l’un des moyens de réagir face à cette situation serait d’organiser des offices de prière du matin et du soir tous les jours diffusés en direct. Une église connue pour son hospitalité, ses fêtes, ses célébrations et son esprit d’accueil a dû se transformer en une église qui offrait treize offices par semaine ; offices auxquels les gens ne pouvaient assister que virtuellement. C’était un sacré changement de direction ! Au fil des semaines, nous avons prié pour les personnes touchées par la pandémie, nous nous sommes souvenus des membres bien-aimés de notre congrégation que nous avions perdus et nous avons entendu des histoires de chrétiens des générations précédentes qui avaient fait face à leurs propres défis et y ont répondu par la prière et l’action chrétienne. Ça a été un privilège de faire partie d’une communauté grandissante de membres en ligne, engagés dans la vie de prière régulière de St. Esprit. C’était aussi un peu troublant. Le nombre de participants m’a surpris – surtout lors des prières du matin et du soir. Et il a fallu un certain temps pour s’habituer à la nécessité d’être visibles devant la caméra tous les jours. Joris et moi avons dû apprendre à regarder la caméra comme nous regardions la congrégation ; sourire, être « présent », faire une pause pour laisser la place aux réponses liturgiques que nous ne pouvions pas entendre. Depuis que nous avons instauré le calendrier d’été et que je prie seul dans l’église, je n’arrive pas à perdre l’habitude de regarder la caméra de cette façon, même quand elle n’est pas allumée !

La visibilité mondiale en ligne au quotidien présente certains défis pour ceux qui sont impliqués dans le ministère. Ces défis sont similaires à ceux présentés par l’introduction du téléphone portable. La plupart des gens ont un téléphone portable avec eux et tout le temps, et il n’y a jamais un moment où ils sont théoriquement « indisponibles » ; et ces défis ne sont pas nouveaux. Dans notre lecture d’aujourd’hui de l’évangile de Marc, nous avons entendu que Jésus et ses disciples devaient être universellement disponibles pour ceux qui cherchaient leur ministère. Si Jésus était sur terre à notre époque, aurait-il un téléphone portable ou diffuserait-il sa vie de prière en direct ? L’évangile nous dit que Jésus était tellement submergé par les gens qui lui demandaient des choses qu’il se leva très tôt le matin et se rendit dans un endroit privé. Lorsque Simon découvrit que Jésus avait disparu, il le chercha partout. Lorsqu’il trouva enfin Jésus (qui était seul en train de prier), il courut vers lui et lui dit : « Te voilà ! Tout le monde te cherche ! Si Jésus avait eu un téléphone portable sur lui, vous pourriez imaginer les messages qu’il aurait reçus dans ce bel endroit calme et priant : « Tout le monde te cherche ☹ Reviens ASAP ! » Nous avons tous fait l’expérience parfois de jours où il semble que tout le monde soit en train de nous chercher.

Jésus a dû ressentir cela au souvent au cours de ses trois années de ministère public. Dans notre évangile, il a insisté pour prendre un bateau avec ses disciples et qu’ils aillent se reposer quelque part. Il était temps pour eux d’aller prendre la collation dont ils avaient besoin pour continuer. Jésus croit clairement que si nous ne prenons pas le temps d’écouter Dieu et de recevoir de Lui, nous n’aurons rien à donner à Dieu ou à notre prochain.

Alors, quelles leçons pouvons-nous tirer de cet Évangile ?

  • Tout d’abord, même Jésus avait besoin de temps pour se reposer et se resourcer. Même si nous nous sentons proches de Dieu dans nos occupations quotidiennes, nous avons besoin de temps pour nous concentrer sur Dieu seul sans aucune distraction. Plus nous sentons que Dieu nous appelle à œuvrer pour Lui, plus ce temps devient important.
  • Deuxièmement, nous ne devons jamais croire que nous sommes omnipotents. Nous ne pouvons pas être partout à la fois. Dieu seul est toujours disponible ; nous ne le sommes pas. C’est une forme d’arrogance et de vanité de croire que tout dépend de nous. Les pasteurs et les personnes qui offrent des soins de toutes sortes sont sujets à cette tentation. Plus les autres comptent sur vous, plus vous vous croyez important et indispensable. Apprenez à lâcher prise. Les gens ont besoin de trouver de la force par eux-mêmes ; personne ne peut le faire à leur place. Votre aide empêche parfois les personnes que vous aidez de prendre pleinement conscience de ce qu’elles peuvent faire pour elles-mêmes. Jésus le savait aussi : quand la foule dans le désert a faim, les disciples accourent vers Jésus et lui demandent ce qu’il va faire à ce sujet. Jésus répond avec lassitude : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! »
  • Troisièmement, seul Dieu ne sommeille ou ne dort jamais. Dieu nous a créés comme des êtres humains fragiles. Nous devons nous reposer. Le sommeil nous rappelle notre fragilité et notre mortalité. La privation de sommeil devient exponentiellement l’une des crises sanitaires des plus importantes dans notre pays. Les personnes qui en souffrent ont plus d’accidents. Ils perdent leur sang-froid, ont des accidents de voiture et tombent malades. Si nous nous privons de repos spirituel, nous finirons par causer de tels accidents au niveau « spirituel » – nous blesserons les autres sans réaliser ce que nous faisons.

Enfin, nous devrions tous nous poser la question : « Suis-je aussi soucieux d’être en contact avec Dieu et mon soi le plus profond que je le suis d’être en contact avec le monde ? » Si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est la centralité de notre vie de prière et les avantages spirituels de regarder vers l’intérieur. Mais si la réponse honnête à cette question sur nos priorités est « Non », prenons un peu de temps cet été pour retrouver celui qui a dit : « Venez à moi vous tous qui êtes fatigués de porter un lourd fardeau et je vous donnerai le repos. »

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.