Pentecost VI – Sermon

Pentecost VI
July 4, 2021
2 Samuel 5:1-5, 9-10   2 Corinthians 12:2-10    Mark 6:1-13

Pledges and donations to the church have become more and more important over the last year or so. Because of the pandemic, we haven’t been able to ‘pass the plate’. We rely on the generous donations that many of you have made by mail or online to keep the church programs functioning and to provide for those in need during these difficult times. We have tried our best to keep the central mission of St. Esprit alive in extraordinary circumstances, and the staff, vestry and volunteers at your little French Church have done an excellent job of staying accountable to each other and true to our common calling. Given these challenges, and fortunately for those who have poor fundraising skills, there is lots of online advice on what makes an effective church campaign pledge letter. Here are a few of the tips from a popular website resource: “Addressing members by name will make the readers feel that they matter.” “Start by warming the heart, to put your readers in a giving mood.”  “Get to the point and go for the ‘ask’” “Don’t be too dramatic.” “Give incentives: ‘If we raise $4,000 by July 4, the Men’s Group will throw a backyard BBQ!’” “Download a Church Pledge letter template for free, right now!”

When reading some of these well-meaning materials, I sometimes have the impression that they have been put together following the approaches of marketing companies and secular professional businesses rather than drawing their inspiration and motivation from the Bible and from the Christian tradition. Their tips are probably highly effective in raising money, but they need to be balanced out by a careful look at how and why Christian communities have supported each other financially in the past. How have Christians appealed to other Christians to give of their resources? What motivated those Christians to give?

There are plenty of verses in the Bible about money or ‘riches’; none of which extol those resources as a virtues in themselves. (‘You can’t serve God and money’ ‘The love of money is the root of all evil’ etc.) There are rather fewer verses about giving money. (Instructions and urging people to give a tenth of their produce or their products, the passage in the Sermon on the Mount about giving in secret, the penny the widow put into the temple coffers etc.) Passages that read as if they have been composed as what we might describe as a pledge campaign appeal letter are virtually non-existent; with perhaps one interesting exception.

We came across that exception in the extract from Paul’s Second letter to the Corinthians last week. It contained phrases like: “As you excel in everything– in faith, in speech, in knowledge, in utmost eagerness, and in our love for you– so we want you to excel also in this generous undertaking.” Or, “it is a question of a fair balance between your present abundance and their need, so that their abundance may be for your need, in order that there may be a fair balance.” For the next three chapters, Paul establishes his credentials as someone who is entitled to ask the Corinthian church to provide for the needs of their poor sisters and brothers in Jerusalem. Today’s reading is a culmination of his ‘ask’. Paul tells his readers that he is entitled to ask them to give for two reasons. Firstly, he has been caught up into what he calls the ‘third heaven’, where God appeared and spoke to him, giving him the authority to speak in this way. Secondly, he is entitled to ask them to give because of his sufferings.

How does Paul’s appeal compare with the on-line advice? Well, he addresses his letter personally and publicly to the Christians in Corinth. He warms their heart with a little flattery. But he doesn’t exactly ‘get to the point’. He does something rather more subtle and far-reaching than to ask them baldly outright for a specific sum of money. He reminds the members of the Corinthian church of the one into whose death they were baptized, and whose life they now live: Jesus Christ. And he certainly expresses himself very dramatically indeed, speaking of death, the third heaven, the authority of a visionary and his personal sufferings. Finally, his incentive is clear: if you give, you will live more truly and more closely in the love of Jesus.

All this seems a far cry from the formal manuals and free downloads of pledge letter templates. It has much more to do with relationships and deeper commitments than the purely sociological and psychological pressures we hear about for the most part on-line. Two things make Paul’s appeal stand out. He speaks of his own authority flowing from a personal encounter with God (his trip into the ‘third heaven’), and he speaks of his own sufferings as a reason why the Corinthian church can trust him. And these two things can’t be seen apart from each other.

So, why do we give to the church? Is it because the church (or the rector) asks nicely? Is it because we expect some return? Is it because we feel guilty? However clever and sophisticated our pledge campaigns might be, they will come to nothing if they don’t flow from those places from which Paul speaks. Our giving is part of our baptismal covenant: it is rooted in our experience of a giving and generous God, made visible by Jesus living and dying as one of us. It is rooted in our knowledge that our own sufferings are shared by the one who died and rose again to bring us new life. Our common sufferings and our common experience of that transforming life opens our wallets. But most importantly of all, it opens our hearts.

NJM

 

Le 6e Dimanche après la Pentecôte                                                                        le 4 juillet 2021

Les promesses de dons et les dons à l’église sont devenus de plus en plus importants au cours de la dernière année. À cause de la pandémie, nous n’avons pas pu « faire passer la corbeille ». Nous comptons sur les dons généreux que beaucoup d’entre vous ont faits par courrier ou en ligne pour continuer de faire fonctionner les programmes de l’église et pour subvenir aux besoins des personnes dans le besoin pendant cette période difficile. Nous avons fait de notre mieux pour maintenir la mission centrale de Saint-Esprit vivante dans des circonstances extraordinaires, et le personnel, la sacristie et les bénévoles de votre petite église française ont fait un excellent travail en restant responsables les uns envers les autres et fidèles à notre appel commun. Compte tenu de ces défis, et heureusement pour ceux qui ont peu de compétences en collecte de fonds, il y beaucoup de conseils sur ce qui constitue une lettre de demande de promesses de dons efficace pour les églises. Voici quelques-uns des conseils tirés d’un site Web populaire : « S’adresser aux membres par leur nom donnera aux lecteurs le sentiment qu’ils comptent. » « Commencez par réchauffer leur cœur, pour mettre vos lecteurs dans une humeur généreuse. » « Allez droit au but et n’hésitez pas à ‘demander’ » « Ne soyez pas trop dramatique. » « Offrez des incitatifs : ‘Si nous recevons 4.000 dollars d’ici le 4 juillet, le Groupe des hommes de l’église organisera un barbecue dans la cour !’ » « Téléchargez un modèle de lettre de de demande de promesse de dons pour les églises gratuitement, dès maintenant ! »

En lisant certains de ces conseils bien intentionnés, j’ai parfois l’impression qu’ils ont été construits en suivant des approches de sociétés de marketing et d’organisations professionnelles laïques plutôt que de puiser leur inspiration et leur motivation dans la Bible et la tradition chrétienne. Leurs conseils sont probablement très efficaces pour collecter des fonds, mais ils doivent être équilibrés par un examen attentif de la manière dont les communautés chrétiennes se sont soutenues financièrement dans le passé. Comment est-ce que les chrétiens sollicitaient d’autres chrétiens à partager leurs ressources ? Qu’est-ce qui motivait ces chrétiens à donner ?

Il y a beaucoup de versets dans la Bible sur l’argent ou les ‘richesses’ ; et aucun ne l’exalte comme une vertu en soi. (« Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent », « L’amour de l’argent est la racine de tout mal », etc.) Il y a un peu moins de versets sur les offrandes monétaires. (Des instructions et exhortations aux gens à donner 10% de leur production, le passage du Sermon sur la montagne sur le fait de donner en secret, le sou que la veuve a mis dans les coffres du temple, etc.) Des passages qui se liraient comme s’ils avaient été composés selon les lignes de ce que nous pourrions décrire comme une lettre d’appel aux dons sont pratiquement inexistants ; avec peut-être une exception.

Nous avons rencontré cette exception dans l’extrait de la deuxième lettre de Paul aux Corinthiens de la semaine dernière. Il contenait des phrases telles que : « Comme vous excellez en tout – dans la foi, dans la parole, dans la connaissance, dans le plus grand empressement et dans notre amour pour vous – nous voulons que vous excelliez également dans cette entreprise généreuse. » Ou, « il s’agit d’un juste équilibre entre votre abondance présente et leur besoin, afin que leur abondance soit pour votre besoin, afin qu’il y ait un juste équilibre ». Dans les trois chapitres suivants, Paul établit ses références en tant que personne qui a le droit de demander à l’église corinthienne de subvenir aux besoins de leurs pauvres sœurs et frères à Jérusalem. La lecture d’aujourd’hui est le point culminant de sa « demande ». Paul dit à ses lecteurs qu’il a le droit de leur demander de donner pour deux raisons. Premièrement, il a été pris dans ce qu’il appelle le « troisième ciel », où Dieu est apparu et lui a parlé, lui donnant l’autorité de parler de cette manière. Deuxièmement, il a le droit de leur demander de donner à cause de ce qu’il a subi.

Comment l’appel de Paul se compare-t-il aux conseils en ligne ? Eh bien, il adresse sa lettre personnellement et publiquement aux chrétiens de Corinthe. Il réchauffe certainement leur cœur avec un peu de flatterie. Mais il ne va pas ‘droit au but’. Il fait quelque chose d’un peu plus subtil et de plus grande envergure que de leur demander carrément une somme d’argent précise. Il rappelle aux membres de l’église corinthienne celui dans la mort duquel ils ont été baptisés et dont ils vivent maintenant la vie : Jésus-Christ. Et il s’exprime certainement de façon très dramatique en parlant de la mort, du troisième ciel, de l’autorité d’une personne qui a eu des visions et de ses souffrances personnelles. Enfin, sa motivation est claire : si vous donnez, vous participerez d’une façon plus proche et réelle à l’amour de Jésus.

Tout cela semble bien loin des manuels formels et des téléchargements gratuits de modèles de lettre d’engagement. Cela a bien plus à voir avec les relations et des engagements plus profonds que les pressions purement sociologiques et psychologiques dont nous avons entendu parler sur les modèles en ligne. Deux choses font ressortir l’attrait de Paul. Il parle de sa propre autorité découlant d’une rencontre personnelle avec Dieu (son voyage dans le « troisième ciel »), et il parle de ses propres souffrances comme une raison pour l’église corinthienne de lui faire confiance. Et ces deux choses ne peuvent pas être vues indépendamment l’une de l’autre.

Alors, pourquoi donnons-nous à l’église ? Est-ce parce que l’église (ou le recteur) demande gentiment ? Est-ce parce que nous attendons un retour ? Est-ce parce que nous nous sentons coupables ? Aussi intelligentes et sophistiquées que soient nos campagnes de promesses de dons, elles n’aboutiront à rien si elles ne proviennent pas des lieux d’où Paul parle. Notre don fait partie de notre alliance baptismale : il s’enracine dans notre expérience d’un Dieu donateur et généreux, rendu visible par Jésus vivant et mourant comme l’un de nous. Elle est enracinée dans notre réalisation que nos propres souffrances sont partagées par celui qui est mort et ressuscité pour nous apporter une nouvelle vie. Nos souffrances communes et notre expérience commune de cette vie transformante ouvrent nos portefeuilles. Mais surtout, cela ouvre nos cœurs.

NJM ; Ver. Fr. FS

Posted in sermons.