Pentecost +11 – Sermon

Pentecost XI

August 25, 2019

Jeremiah 1:4-10 Hebrews 12:18-29 Luke 13:10-17

In the town where I grew up, Sunday was a day for going to church, eating a long lunch around the table with the extended family, and refraining from shopping (the stores were all closed anyway). If possible, all tedious work-related tasks were to be avoided. My family wasn’t particularly religious: it was the culture of market-town England that made Sunday what it was. I’m sure that things have changed enormously: churches aren’t as full as they used to be, more shops are open, and people’s work-schedules often require them to work at the weekend. But Sunday remains a different sort of day. Look around you in the streets near St. Esprit on a Sunday and you will see that they appear almost deserted in comparison with any other day of the week.

Even before the introduction of the notion of a special day of the week devoted to worship and rest, all the cultures of the world followed calendars that included regular feast-days devoted to worship, the sharing of food and refraining from all but the most vital daily tasks. Human beings aren’t designed to be work-machines; every one of us needs time to reflect on who we are, and why we do what we do. Perhaps that is why the idea of a Sabbath Day has provoked such controversy in the church. The controversies range from which day of the week it is supposed to be (Friday? Saturday? Sunday?) to what you are allowed to do on that day. The Sabbath has become a litmus test by which some Christians judge whether or not you are a ‘true Bible-believing Christian’. The Ligue du dimanche, the Lord’s Day Alliance and similar organizations are clear about what you can and can’t do on the Sabbath. They campaign against the opening of stores or factories. No movie theatres. Children’s playgrounds in Scotland used to have signs prohibiting their use on Sundays. No drinking, no card games, no reading of secular literature, no travel. It is certainly not a day of pleasure. It is a day for worship, the reading of the bible and spiritual reflection. It is a day that – more than any other day of the week – belongs to God, not to you.

There is nothing new about these controversies, as we saw from Luke’s gospel. At first, we read it as a story about Jesus being kind. On the Sabbath day, and despite the formal objections of the self-righteous members of the synagogue, he heals a woman who had been crippled for eighteen years. But there is more to this story than meets the eye. The sabbath day has always been associated with the ways in which our bodies and our minds work together. What are our bodies for exactly? Do our minds and souls ‘occupy’ them, or are they so enfolded with us that we can’t really separate them?   In Jesus’ eyes, the woman should not have to endure a moment’s more bodily suffering. The sabbath and its association with healing and rest are what count in his eyes. What day could be more perfect than the sabbath to be given relief from eighteen years of pain and suffering? Through Jesus’ action, this nameless woman becomes a sign that in God’s true sabbath the body is honored and cherished; not as a clumsy housing for the soul, nor as an income-producing machine nor as a thing to be disciplined or controlled, but as a gift from God. Our bodies are to be respected and enjoyed. We should listen to them, and we should learn from them.

WE think of ourselves as ‘using’ our bodies for all sorts of things. We fuel it with food and exercise it so that we can use it to make money and perform our daily tasks. We discipline it to best bring into effect the decisions that our minds make. But the sabbath is there to turn these ideas on their head. A day of rest gives us an opportunity to truly be where our bodies are: something we find hard to do. I’m writing this sermon in Maine overlooking a bay, and I’m reminded that very often, however beautiful our surroundings are, we don’t let our bodies be completely present in them. We let our minds wander to our worries and cares instead. By letting our bodies lead our minds for a moment, we will truly experience them as a gift from God.

Even in a secular society like ours, I’d like the sabbath day to be more observed. Not just because it would free up more people to come to church. Our culture tends to treat the body either as a health and beauty challenge or as a means of capitalist production. We have an uneasy relationship with our bodies as a result. Many in our city have hard physical jobs: cleaning, looking after children or the elderly, delivering heavy packages. Some in our city are the victims of human trafficking in which the body is reduced to a commodity. In these cases, Christian insistence on a sabbath is a moral necessity and not a sign of a ‘Bible-believing Christian’. The sabbath isn’t primarily a day of recovery from hard work, or a day to prove your spiritual credentials by going to church. It is an opportunity to be fully who you are: body, soul and spirit. A creature of God’s making who, through this weekly observance, is offered a foretaste of what our sabbath rest will be like when all our labors here are done.

NJM

 

Le onzième Dimanche après la Pentecôte                                                        le 25 août 2019

Dans la ville où j’ai grandi, le dimanche était une journée où on allait à l’église, on passait un long déjeuner autour de la table avec toute la famille et on s’abstenait de faire des achats (les magasins étaient fermés de toute façon). Si possible, toutes les tâches fastidieuses liées au travail devaient être évitées. Ma famille n’était pas particulièrement religieuse : les dimanches étaient ce qu’ils étaient parce que c’était la culture des bourgs anglais. Je suis sûr que les choses y ont énormément changé : les églises ne sont plus aussi pleines qu’autrefois, il y a plus de magasins ouverts et les horaires de travail obligent souvent les gens à travailler le week-end. Mais le dimanche reste un jour différent. Regardez autour de vous dans les rues près de Saint-Esprit un dimanche et vous verrez qu’elles semblent presque désertes par rapport à tout autre jour de la semaine.

Même avant l’introduction de l’idée d’un jour spécial de la semaine consacré au culte et au repos, toutes les cultures du monde suivaient un calendrier qui comprenait des fêtes régulières consacrées au culte, au partage de la nourriture et à l’abstention de toute tâche qui n’étaient pas des tâches quotidiennes vitales. Les êtres humains ne sont pas conçus pour être des machines de travail ; Chacun de nous a besoin de temps pour réfléchir à qui nous sommes et pourquoi nous faisons ce que nous faisons. C’est peut-être pourquoi l’idée d’un jour de sabbat a provoqué une telle controverse dans l’église. Ces controverses vont du jour de la semaine (vendredi ? samedi ? dimanche ?), à ce que vous êtes autorisé à faire ce jour-là. Le sabbat est devenu un test décisif par lequel certains chrétiens déterminent si vous êtes ou non un « vrai chrétien qui croit en la Bible ». La Ligue du dimanche, la Lord’s Day Alliance et d’autres organisations similaires expliquent clairement ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire le jour du sabbat. Ils font campagne contre l’ouverture des magasins ou des usines. On ne peut pas aller au cinéma. En Écosse, les terrains de jeux pour enfants comportaient des panneaux interdisant leur utilisation le dimanche. Pas d’alcool, pas de jeu de cartes, pas de lecture de littérature laïque, pas de voyage. Ce n’est certainement pas un jour de plaisir. C’est une journée d’adoration, de lecture de la Bible et de réflexion spirituelle. C’est un jour qui – plus que tout autre jour de la semaine – appartient à Dieu, pas à vous.

Il n’y a rien de nouveau dans ces controverses, comme nous l’avons vu dans l’évangile de Luc. Au début, nous lisons cela comme une histoire où Jésus est gentil. Le jour du sabbat, et malgré les objections formelles des membres pieux de la synagogue, il guérit une femme handicapée depuis dix-huit ans. Mais cette histoire ne se limite pas à ce que l’on voit. Le jour du sabbat a toujours été associé à la manière dont notre corps et notre esprit travaillent ensemble. A quoi servent nos corps exactement ? Est-ce que nos esprits et nos âmes les ‘occupent’ ou sont-ils tellement entremêlés que nous ne pouvons pas vraiment les séparer ? Aux yeux de Jésus, la femme ne devrait pas avoir à continuer d’endurer des souffrances corporelles. Le sabbat et son association avec la guérison et le repos sont ce qui compte à ses yeux. Quel jour pourrait être plus parfait que le sabbat pour soulager quelqu’un de dix-huit ans de douleur et de souffrance ? Par l’action de Jésus, cette femme sans nom devient un signe que lors du vrai sabbat de Dieu, le corps est honoré et chéri ; et non pas considéré comme un logement maladroit pour l’âme, ni comme une machine générant des revenus, ni comme une chose à discipliner ou à contrôler, mais comme un cadeau de Dieu. Nos corps doivent être respectés et appréciés. Nous devrions les écouter et apprendre de leurs expériences.

NOUS pensons que nous ‘utilisons’ notre corps pour toutes sortes de choses. Nous l’alimentons avec de la nourriture et l’exerçons afin de pouvoir l’utiliser pour gagner de l’argent et effectuer nos tâches quotidiennes. Nous le disciplinons pour que les décisions prises par notre esprit soient appliquées au mieux. Mais le sabbat est là pour inverser ces idées. Un jour de repos nous donne l’occasion d’être vraiment présent là où se trouve notre corps : une tâche difficile à réaliser. J’écris ce sermon alors que je suis dans le Maine avec une vue surplombant une baie et je me rappelle que très souvent, aussi beau que soit notre environnement, nous ne laissons pas notre corps y être complètement présent. Au lieu de cela, nous laissons nos esprits vagabonder vers nos soucis et nos inquiétudes. En laissant nos corps guider notre esprit un instant, nous en ferons vraiment leur expérience comme le don de Dieu qu’ils sont.

Même dans une société laïque comme la nôtre, j’aimerais que le jour du sabbat soit plus observé. Pas simplement parce que cela libérerait plus de gens pour venir à l’église. Notre culture a tendance à traiter le corps soit comme un défi de santé et de beauté, soit comme un moyen de production capitaliste. En conséquence, nous avons une relation difficile avec celui-ci. Beaucoup dans notre ville ont des tâches physiques pénibles : nettoyer, s’occuper des enfants ou des personnes âgées, livrer des colis lourds. Certains dans notre ville sont victimes de la traite des êtres humains dans laquelle le corps est réduit à une marchandise. Dans ces cas, l’insistance chrétienne sur un sabbat est une nécessité morale et non une affirmation que vous êtes un « chrétien qui croit en la Bible ». Le sabbat n’est pas principalement une journée de récupération après un dur travail, ni une journée pour prouver vos références spirituelles en allant à l’église. C’est une opportunité d’être pleinement ce que vous êtes : corps, âme et esprit. Une créature de Dieu qui, à travers cette observance hebdomadaire, se voit offrir un avant-goût de ce que sera notre repos de sabbat lorsque tous nos travaux ici seront terminés.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.