Lent III – Sermon

Lent III

Sunday March 15, 2020

Exodus 17:1-7 Romans 5:1-11 John 4:5-42

Before modern plumbing and individual water supply to houses and apartments were invented, people were obliged to fetch their water from common pumps. These pumps were often the source of the outbreak of waterborne diseases like cholera, typhoid and dysentery. Today, in those parts of the world where running water is still not available, such diseases cause about 1.8 million deaths per year. It was – and still is in many places – the woman’s job to fetch water for the household. The water pumps and wells were not just a source of water and disease – they were also a source of village gossip and news. In Medieval and early modern Europe, benefactors would sometimes commission a statue or a bas-relief of the Samaritan Woman at the Well to adorn the pumps they had paid to install. Between the years 1609 and 1813, a little hydraulic water pump operated near the Pont Neuf in Paris. It featured a gilded sculpture of the Samaritan woman that gave its name to the department store La Samaritaine, which stood on the same site and operated until fairly recently. I remember it for its great rooftop café with wonderful views over Paris.

This Samaritan woman (we don’t know her name), has often suffered at the hands of preachers. We tend to assume that she was an ethnic, social and sexual outcast, and that Jesus was being particularly merciful and forgiving by engaging her in conversation at all. We play up her sinfulness in order to highlight Jesus’ magnanimity, and make the point that ‘if Jesus could forgive and accept the Samaritan woman, surely he can forgive and accept us.’ But there is no evidence in this story to suggest that she was one of the Bible’s ‘fallen women’. She was a Samaritan, it’s true. The Samaritans were a group of Jews who had remained in the northern kingdom of Israel after its defeat at the hand of the Assyrians in 740 BC. They were considered backward, primitive and unclean by those Jews who had returned from the Babylonian captivity just over two hundred years later. She had also had five husbands. This does not mean that she was some sort of Upper East Side gold-digger; women had no such freedoms in the ancient world. It is likely that her husbands had died or had divorced her for one reason or another. It is true that she is living with someone who is not her husband, but this is probably because she has been passed on as little more than a domestic slave in the household of her late husband’s brother. The more we look at the story, the more we begin to see this Samaritan woman not as a pro-active sinner, but as a victim of the social, sexual and political mores of her day.

Unlike the other women of the village, she goes to the well alone, in the heat of the day. Perhaps she was disliked and despised by the other women of the village because of her misfortune. Perhaps she preferred to go the well alone, because the sight of the other contented women only served to make her think of her own loneliness and unhappiness. Whatever the reason, on that routine day – dull as any other day in her existence as a domestic slave had been – she had a chance encounter that changed her life forever. Her routine tasks, her sense of obligation and domestic monotony were no obstacle to meeting Christ face to face at the well. In fact, it was the monotony of her domestic routine that made this encounter possible. She reminds us to look for such encounters wherever we are; waiting for a train, clearing up after a meal, preparing for bed – a life-changing spiritual insight can break through at any moment and help us to see our lives in a completely different way. We don’t have to be in church!

Secondly, we are so apt to see the figure of the Samaritan woman as the outcast that we forget that Jesus is the stranger in the village in this story. As low on the social scale of the town as she might have been, she was still a Samaritan native – and it is the stranger (Jesus) who asks her for help. She is brave enough to speak to this stranger, and her offer of help ends up changing her more than it changes him. Whenever we minister to the outcast – the homeless, the poor, the marginalized, the abused or the isolated – we are humbled by their insights and come away from that encounter with our lives enriched in ways that we little expected. It may surprise you to learn that this is one of the rare occasions when Jesus directly asks for help. He couldn’t draw the water on his own: he needed the Samaritan woman to help him. It is often our own neediness and our own vulnerability, and not our strengths, which are the source of our greatest value to others. We do others a great favor when we are humble enough to admit our need.

Finally, the story reminds us that Jesus always stands beside us – even if the water we crave seems out of our reach. He is right beside us even in the heat of the day and in our greatest fatigue. He is right beside us whether we are physically present in the church, or watching our worship electronically. He is right beside us as we face together the challenge of the coming weeks. He will help us to find ways to minister to each other practically and spiritually that will ultimately draw us closer to each other than we have ever been. The sustenance that Christ offers us isn’t far away and unattainable; it is to be found all around us and deep within us, and it is a source of love and of life that can never be exhausted. Whatever the coming weeks may bring, let us not forget to draw deep from the well of living water of Christ’s love for us; the living water that gives us life.

NJM

 

Le troisième dimanche de Carême                                                                              le 15 mars 2020

Avant l’invention de la plomberie et de l’eau courante dans les maisons et les appartements, les gens devaient aller chercher de l’eau à la fontaine communale. Ces fontaines étaient souvent contaminées, et la source de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, et la dysenterie. Aujourd’hui, dans les endroits du monde où il n’y a pas encore l’eau courante, ces maladies tuent à peu près un million huit-cent-mille personnes par an. C’était – et c’est toujours le cas dans certains endroits – le rôle de la femme d’aller chercher de l’eau pour le foyer. Les fontaines et les puits n’étaient pas seulement la source d’eau et de maladies – ils étaient aussi la source de nouvelles et de commérages. Dans l’Europe médiévale, et au début de l’Europe moderne, les bienfaiteurs commandaient parfois une statue, ou un bas-relief de la Samaritaine pour orner la fontaine dont ils avaient payé l’installation. Entre l’an mille-six-cent-neuf, et l’an mille-huit-cent-treize, il y avait une petite pompe hydraulique près du Pont Neuf à Paris. Elle était garnie d’une sculpture dorée de la Samaritaine, dont le grand magasin qui avait pris sa place jusqu’à récemment tirait son nom. Je me souviens du café sur le grand toit qui offrait une magnifique vue de la ville.

Cette Samaritaine (dont nous ne connaissons pas le nom), a souvent souffert des paroles des prêcheurs. Nous avons tendance à assumer qu’elle était d’origine ethnique, socialement et sexuellement proscrite, et que Jésus avait fait preuve d’une miséricorde et d’une clémence particulière en daignant lui adresser la parole. On attire l’attention sur son état de péché afin de mettre l’accent sur la magnanimité de Jésus, et de faire la remarque que ‘si Jésus a pu pardonner et accepter la Samaritaine, il peut surement nous pardonner et nous accepter aussi’. Mais aucune indication dans cette histoire ne suggère qu’elle faisait partie des “femmes déchues” de la Bible. Il est vrai que c’était une Samaritaine. Les Samaritains étaient un groupe de juifs qui restait dans le Royaume du Nord d’Israël après qu’ils avaient été vaincus par les Assyriens en sept-cent-quarante avant Jésus Christ. Ils étaient considérés comme arriérés, primitifs, et malpropres, par les juifs revenus de leur captivité babylonienne à peine plus de deux-cents ans plus tard. La Samaritaine avait aussi été mariée cinq fois. Cela ne veut pas dire qu’elle était une espèce de croqueuse de diamants de l’Upper East Side ; les femmes ne possédaient pas ce genre de libertés dans l’ancien monde. Il est probable que ses maris soient morts, ou l’aient quitté pour une raison ou pour une autre. Il est vrai qu’elle vivait avec un homme qu’elle n’avait pas épousé, mais c’est probablement parce qu’elle avait été passée au frère de son défunt mari afin de servir d’esclave domestique amélioré. Plus nous lisons cette histoire, moins l’on commence à voir la Samaritaine comme une pécheresse dynamique, mais plutôt comme une victime des mœurs sociaux, sexuels, et politiques de son temps.

Contrairement aux autres femmes du village, c’est seule qu’elle va au puits, sous la chaleur du jour. Peut-être était-elle détestée et méprisée par les autres femmes du village dû à son infortune. Peut-être préférait-elle aller au puits par elle-même, car la vue des autres femmes, satisfaites, ne faisait que lui rappeler sa propre solitude et sa tristesse. Quelle que soit la raison, en ce jour anodin – sans intérêt, comme n’importe quel jour de son existence d’esclave domestique – elle fait une rencontre fortuite qui change sa vie à jamais. Ses tâches quotidiennes et son sentiment de contrainte et de monotonie domestique n’ont pas fait obstacle à sa rencontre face à face avec le Christ près du puits. En réalité, c’est la monotonie de ses tâches quotidiennes qui a rendu une telle rencontre possible. Elle nous rappelle de chercher ce type de rencontres où que l’on soit ; en attendant le train, en débarrassant la table, en se préparant pour aller au lit – une illumination spirituelle bouleversante peut percer notre esprit à tout moment et nous aider à voir nos vies d’une façon totalement différente. Nous n’avons pas besoin d’être à l’église !

Ensuite, nous sommes tellement enclins à imaginer la Samaritaine comme une femme proscrite que nous oublions que, dans cette histoire, et dans ce village, c’est Jésus qui est un étranger. Aussi basse qu’elle ait pu se trouver sur l’échelle sociale de cette petite ville, elle restera toujours une samaritaine de naissance – et c’est l’étranger (Jésus) qui lui demande de l’aide. Elle est assez courageuse pour parler à cet inconnu, et l’aide qu’elle lui offre finit par la changer elle, plus qu’elle ne le change lui. Quand on pourvoit à l’asocial – le sans-domicile, le pauvre, le marginalisé, l’abusé – nous sommes remplis d’humilité par leur point de vue, et nous en repartons nos vies enrichies d’une façon que nous n’imaginions pas. C’est une des occasions ou Jésus demande de l’aide, et cela peut paraître surprenant. Il ne pouvait pas tirer d’eau seul : il avait besoin de l’aide de la Samaritaine. C’est souvent notre propre besoin et notre vulnérabilité, et non la force que l’on pense posséder, qui sont la source de notre plus grande utilité envers autrui. Nous accordons aux autres une grande faveur en étant assez humble pour admettre nos besoins.

Enfin, cette histoire nous rappelle que Jésus se tient toujours près de nous – même si l’eau que nous désirons ardemment semble inatteignable. Il est juste à côté de nous, même dans la chaleur du jour, et dans notre plus grande fatigue. Il est juste à coté de nous que nous soyons physiquement présents à l’église, ou en train de regarder notre office sur internet. Il est juste à côté de nous alors que nous faisons face ensemble aux défis des semaines à venir. Il nous aidera à trouver des moyens de nous venir en aide les uns les autres de façons pratique et spirituelle afin que nous soyons au final plus proches que nous ne l’avons jamais étés. La subsistance que le Christ nous offre n’est pas lointaine et inatteignable ; nous pouvons la trouver tout autour de nous, et tout au fond de nous, et c’est une source d’amour et de vie qui ne se tarit jamais. Quoi que nous apporte les prochaines semaines, n’oublions pas de tirer l’eau de l’amour que le Christ nous porte profondément de sa source ; l’eau vive qui nous donne la vie.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.