Lent I – Sermon

Lent 1

March 1st, 2020

Genesis 2:15-17, 3:1-7 Romans 5:12-19 Matthew 4:1-11

If you have ever found yourself contemplating the beauty of the natural world or of human relationships and asked yourself “How can there be so much sadness and violence in such a beautiful world?”, you are in very good company. Every civilization in world history has tried to answer this question. Our reading from the book of Genesis is one such attempt. At every step of the creation story, God looks at what he has done and describes it as good. On the sixth day, the creation culminates in Adam and Eve, and God says, “It was very good”. But right there in the very next chapter, paradise is lost. We’ve barely had a glimpse of what this good world was like before we’re introduced to the serpent. Innocence has gone. Suspicion takes its place. The Bible paints a picture in which our intimacy with God has been replaced by an empty longing; a hunger of the spirit that can never be completely satisfied.

I don’t want us to underestimate our potential for making mistakes when we approach this story. We can get into a useless and destructive argument about whether or not it is literally true. We can ignorantly impose our cultural stereotypes on it and decide that the fact that Eve succumbed first tells us something about the nature of women. We can lose the deeper meaning of the story by believing that it is a straightforward account of temptation and consequent punishment. It is impossible for us to approach the story without preconceptions. As Christians, we can’t help but read the story as being a background to the reconciling ministry of Christ.

Most people would think of this story as a set piece, in which God instructs the man and the woman not to do something, and then they fail to pass the test. Their failure leads to a loss of innocence and an estrangement from God. But what happens when we try to understand the story from God’s point of view? God is like a parent who does everything to protect their child from the dangers of being alive, knowing that pain and failure is an inevitable consequence of living. When you give a child the freedom to grow, such pain becomes inevitable. God has given the man and the woman freedom. Made in God’s image, they are able to explore that freedom to the full. But as children, they are not able to handle everything that God has put into the garden. God warns them, “Do not try to explore the difference between good and evil. You are not yet ready to cope with the task.” Note that God is not just saying, “If you eat the fruit of that tree, I will punish you by expelling you from paradise!” His injunction is far more subtle than that. God says to Eve and to Adam, “The consequences of knowing both good and evil are powerful. One of them is a loss of innocence. If you want to ‘know’ evil, you will lose your close relationship with me.”

That indeed is what happens. “Then the eyes of both were opened, and they knew that they were naked; and they sewed fig leaves together and made loincloths for themselves.” They are poignant words of isolation and loneliness. Instead of enjoying the company of God in the garden in the cool of the day, they experience a terrible homesickness. Intimacy is replaced by shame and suspicion. All they want to do is to hide. They were the first of us human beings to say “I feel lost. I don’t know what is wrong with me. I don’t know what I want.” Our desires have become a hunger that can never be truly satisfied. God told us that this would be a consequence of our ‘knowing evil’.

If you have ever experienced a deep inner longing, but you haven’t been able to describe what that longing is for, you have known the consequences of the Fall. We long for something that only God can give, and yet we seek to satisfy that longing by going to all the wrong places. We never have a clue until we turn our attention to our inner lives and our relationship with the One who made us.

It is impossible to tell a truly innocent person what the loss of innocence entails. It is equally true to say that it is impossible to explain to people like us (who experience good and evil) what it would be like to live in a world which only knows good. The task of regaining our innocence while retaining a knowledge of evil will be a long and hard one. But the love and beauty that we will know at the end of that journey will far surpass anything that Adam and Eve experienced in the garden. We will have a foretaste of that love and beauty when Easter Day eventually dawns. May God bless your Lent journey, and satisfy your deepest longings with the touch of his peace.

NJM

 

Le premier Dimanche de Carême                                                                  le 1er mars 2020

Si vous vous êtes déjà retrouvé à contempler la beauté du monde naturel ou des relations humaines et que vous vous êtes demandé « Comment peut-il y avoir autant de tristesse et de violence dans un monde aussi beau ? », vous êtes en très bonne compagnie. Chaque civilisation de l’histoire du monde a tenté de répondre à cette question. Notre lecture du livre de la Genèse est une tentative de ce type. À chaque étape de l’histoire de la création, Dieu regarde ce qu’il a fait et le décrit comme bon. Le sixième jour, la création culmine avec Adam et Eve, et Dieu dit : « C’était très bon ». Mais ensuite, dans le chapitre suivant, le paradis est perdu. Nous avons à peine eu un aperçu de ce qu’était ce bon monde avant de rencontrer le serpent. L’innocence a disparu. La suspicion prend sa place. La Bible dépeint une image dans laquelle notre intimité avec Dieu a été remplacée par un désir vide ; une faim d’esprit qui ne peut jamais être complètement satisfaite.

Je ne veux pas que nous sous-estimions notre potentiel à faire des erreurs lorsque nous abordons cette histoire. Nous pouvons entrer dans un argument inutile et destructeur pour savoir si c’est vrai ou non. Nous pouvons par ignorance lui imposer nos stéréotypes culturels et décider que le fait qu’Ève a succombé en premier nous dit quelque chose sur la nature des femmes. Nous pouvons perdre le sens profond de l’histoire en croyant qu’il s’agit d’un compte rendu simple de la tentation et de la punition qui en découle. Il nous est impossible d’aborder l’histoire sans idées préconçues. En tant que chrétiens, nous ne pouvons pas nous empêcher de lire l’histoire comme arrière-plan du ministère de réconciliation du Christ.

La plupart des gens pourraient voir cette histoire comme une pièce qui fait partie d’un ensemble, dans laquelle Dieu ordonne à l’homme et à la femme de ne pas faire quelque chose, puis ils échouent au test. Leur échec conduit à une perte d’innocence et à un éloignement de Dieu. Mais que se passe-t-il lorsque nous essayons de comprendre l’histoire du point de vue de Dieu ? Dieu est comme un parent qui fait tout pour protéger son enfant des dangers de la vie, sachant que la douleur et l’échec sont des conséquences inévitables de la vie. Lorsque vous donnez à un enfant la liberté de grandir, une telle douleur devient inévitable. Dieu a donné à l’homme et à la femme la liberté. Fabriqués à l’image de Dieu, ils sont capables d’explorer pleinement cette liberté. Mais enfants, ils ne sont pas capables de gérer tout ce que Dieu a mis dans le jardin. Dieu les avertit : « N’essayez pas d’explorer la différence entre le bien et le mal. Vous n’êtes pas encore prêt à faire face à la tâche. » Notez que Dieu ne dit pas seulement : « Si vous mangez le fruit de cet arbre, je vous punirai en vous expulsant du paradis ! » Son injonction est beaucoup plus subtile que cela. Dieu dit à Eve et à Adam : « Les conséquences de la connaissance du bien et du mal sont puissantes. L’un d’eux est la perte de l’innocence. Si vous voulez ‘connaître’ le mal, vous perdrez votre relation étroite avec moi. »

C’est bien ce qu’il se passe. « Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. » Ce sont des mots poignants d’isolement et de solitude. Au lieu de profiter de la compagnie de Dieu dans le jardin au frais de la journée, ils éprouvent un terrible mal du pays. L’intimité est remplacée par la honte et la suspicion. Tout ce qu’ils veulent, c’est se cacher. Ils ont été les premiers d’entre nous à dire : « Je me sens perdu. Je ne sais pas ce qui ne va pas chez moi. Je ne sais pas ce que je veux. » Nos désirs sont devenus une faim qui ne peut jamais être vraiment satisfaite. Dieu nous a dit que ce serait une conséquence de notre « connaissance du mal ».

Si vous avez déjà vécu un profond désir intérieur, mais que vous n’avez pas été en mesure de décrire à quoi sert ce désir, vous avez connu les conséquences de la Chute. Nous aspirons à quelque chose que seul Dieu peut donner, et pourtant nous cherchons à satisfaire ce désir en allant à tous les mauvais endroits. Nous sommes perdus jusqu’à ce que nous tournions notre attention vers notre vie intérieure et notre relation avec Celui qui nous a créés.

Il est impossible de dire à une personne vraiment innocente ce qu’implique la perte de l’innocence. Il est également vrai de dire qu’il est impossible d’expliquer à des gens comme nous (qui éprouvent le bien et le mal) ce que ce serait de vivre dans un monde qui ne connaît que le bien. La tâche de retrouver notre innocence tout en conservant une connaissance du mal sera longue et difficile. Mais l’amour et la beauté que nous connaîtrons à la fin de ce voyage surpasseront de loin tout ce qu’Adam et Eve ont vécu dans le jardin. Nous aurons un avant-goût de cet amour et de cette beauté quand le jour de Pâques finira par arriver. Que Dieu bénisse votre voyage de Carême et satisfasse vos désirs les plus profonds en vous touchant de sa paix.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.