Lent I – Sermon

Lent I

March 6, 2022

Deuteronomy 26:1-11 Romans 10:8b-13 Luke 4:1-13

 

The ability to tell the difference between good and evil or the difference between truth and lies isn’t as easy as we often wish it to be. The current war in Ukraine is one of the most dramatic illustrations of this fact. It’s often said that the first casualty in any war is the truth, but it might be more accurate to say that war – perhaps more than any other folly that humans engage in – exposes our inadequacy when it comes to telling the difference between truth and lies. The conventional depiction of the devil as a serpent, a dragon or a horned man with goat hoofs is, unfortunately, wishful thinking. If the ugliness of evil was so easily spotted, we would be much less likely to fall for it. The same goes for our moments of temptation: if we truly saw the consequences of the bad choices we make all too regularly, we would perhaps make fewer of them! It sometimes feels as if there are two warring forces in our minds, and instant gratification seems preferable to any long-term benefit that resisting our temptations would bring. So, as Lent begins, it’s worth asking ourselves the questions, “Am I tempted by forces outside myself, or do my temptations come from my own mind? And how am I supposed to know the difference?” There is nothing inherently wrong about being tempted, and we shouldn’t blame ourselves when it happens: Adam and Eve were tempted in the Garden of Eden before the Fall, and Jesus himself was tempted by Satan, as we just heard in Luke’s gospel.

 

St. Anthony of the Desert identified several stages that our temptations go through. At first, we will be tempted to do something that is fairly easy to identify as evil. The devil is, after all, lazy. Why take a sophisticated approach when a simple and straightforward route to commit an evil act will work? If the obvious route to evil doesn’t work, something more sophisticated may be necessary. We will be tempted to do wrong out of fear – fear of the future or fear of what might happen if we don’t fall for the temptation. If fear doesn’t work, something more sophisticated will be necessary; a temptation will come to us under the guise of something that appears to be good.

 

We can see these techniques at work in the temptations of Jesus in the desert. These temptations show us that the mind of Jesus, sinless as he was, could devise ways of persuading people of God’s power without having to undergo the terrible expedient of the cross. One of the sad results of thinking of the temptations of Jesus as taking place in physical place and time with an incarnate Devil dressed in black is that we are almost incapable of putting ourselves in a similar situation. None of us has ever seen the Devil in this way. We begin to think that Jesus alone had to fight these temptations; that they are nothing to do with our own daily fight with gluttony, avarice, bad temper, lust and pride. If however, these temptations were in fact a struggle that took place in Jesus’ mind, we can begin to see that they might have some relevance to our own fight against the evil things that threaten to take over our thoughts or our wills. So what was going on in the mind of Jesus during these temptations? What kind of Messiah emerges from Jesus’ responses to the devil during these temptations?

 

  1. Jesus was tempted to turn stones into bread to satisfy his hunger. The Devil tempted him to use his power to guarantee his own survival. In reply, Jesus quotes a verse from Deuteronomy; the book that tells the story of how God fed his people with manna in the desert. Jesus tells the devil that we do not survive on bread alone. Our survival depends on our trust in God. If we rely on bread alone to live, we risk an interior death that is more serious than a physical death. By resisting this temptation, Jesus decides that he does not regard his own physical survival as his top priority; if he did, the cross would be inconceivable.

 

  1. Jesus is tempted to use his power to found an empire grounded in the ways of the world. If Jesus had worshiped the Devil, he would have shown himself willing to adopt the ways in which the world exercises power over others; through weapons or troops, through fear or propaganda. We know only too well that many of the world’s political leaders would like us to think of them as idols who can do no wrong. Jesus refuses to give in to this temptation. Jesus is not an idol. If Jesus is an idol, the cross would be inconceivable.

 

  1. The Devil finally resorts to quoting the Bible to put to Jesus a very subtle temptation. He quotes Psalm 91:11-12 to tempt Jesus to use God as a means to further his success and popularity. There is nothing strange about this. Many intelligent leaders have fallen victim to this temptation. We have all heard politicians and theologians claim that God is on their side in the midst of a war or an argument, in order to make God the servant of their own goals and to secure popular support. Jesus rejects such facile popularity in favor of faithful obedience to God. He would perform miracles in his own time and in his own way. Jesus does not want adulation. Had he fallen for this temptation, the cross would have been inconceivable. By resisting all three of these temptations, Jesus opts for the one way left for him: the way of the cross. The beginning of Lent and the start of Holy Week are linked by this terrifying realization. The powers that be have no choice but to crucify those who challenge their authority.

 

NJM

 

Le premier Dimanche du Carême                                                                                     le 6 mars 2022

 

La capacité de faire la différence entre le bien et le mal ou la différence entre la vérité et le mensonge n’est pas aussi facile que nous le souhaitons souvent. La guerre actuelle en Ukraine est l’une des illustrations les plus dramatiques de ce fait. On dit souvent que la première victime de toute guerre est la vérité, mais il serait peut-être plus exact de dire que la guerre – peut-être plus que toute autre folie dans laquelle les humains s’engagent – met en évidence notre incapacité à faire la différence entre la vérité et le mensonge. La représentation conventionnelle du diable sous la forme d’un serpent, d’un dragon ou d’un homme cornu avec des sabots de chèvre est, malheureusement, un vœu pieux. Si la laideur du mal était si facilement repérable, nous serions beaucoup moins enclins à y succomber. Il en va de même pour nos moments de tentation : si nous voyions vraiment les conséquences des mauvais choix que nous faisons trop régulièrement, nous en ferions peut-être moins ! On a parfois l’impression que deux forces s’affrontent dans notre esprit, et que la gratification instantanée semble préférable à tout bénéfice à long terme qu’apporterait la résistance à nos tentations. Ainsi, en ce début de Carême, il vaut la peine de se poser les questions suivantes : « Suis-je tenté par des forces extérieures à moi-même, ou mes tentations viennent-elles de mon propre esprit ? Et comment suis-je censé faire la différence ? » Il n’y a rien d’intrinsèquement mauvais dans le fait d’être tenté, et nous ne devrions pas nous blâmer lorsque cela se produit : Adam et Eve ont été tentés dans le jardin d’Eden avant la chute, et Jésus lui-même a été tenté par Satan, comme nous venons de l’entendre dans l’évangile de Luc.

 

Saint Antoine du Désert a identifié plusieurs étapes par lesquelles passent nos tentations. Dans un premier temps, nous serons tentés de faire quelque chose qui est assez facile à identifier comme mauvais. Le diable est, après tout, paresseux. Pourquoi adopter une approche sophistiquée alors qu’une voie simple et directe pour commettre un acte mauvais fonctionne ? Si la voie évidente vers le mal ne fonctionne pas, une approche plus sophistiquée peut s’avérer nécessaire. Nous serons tentés de faire le mal par la peur – peur de l’avenir ou peur de ce qui pourrait arriver si nous ne succombons pas à la tentation. Si la peur ne fonctionne pas, il faudra recourir à quelque chose de plus sophistiqué : la tentation se présentera à nous sous l’apparence de quelque chose qui semble être bon.

 

Nous pouvons voir ces techniques à l’œuvre dans les tentations de Jésus dans le désert. Ces tentations nous montrent que l’esprit de Jésus, sans péché comme il l’était, pouvait concevoir des moyens de persuader les gens de la puissance de Dieu sans avoir à subir le terrible expédient de la croix. L’un des tristes résultats de l’idée que les tentations de Jésus se sont déroulées dans un lieu et un temps physiques, en présence d’un diable incarné et vêtu de noir, est que nous sommes presque incapables de nous mettre dans une situation similaire. Aucun d’entre nous n’a jamais vu le Diable de cette façon. Nous commençons à penser que Jésus seul a dû combattre ces tentations, qu’elles n’ont rien à voir avec notre propre combat quotidien contre la gourmandise, l’avarice, la mauvaise humeur, la luxure et l’orgueil. Si toutefois ces tentations étaient en fait une lutte qui se déroulait dans l’esprit de Jésus, nous pourrions commencer à voir qu’elles pourraient avoir une certaine pertinence pour notre propre combat contre les choses mauvaises qui menacent de prendre le contrôle de nos pensées ou de nos volontés. Que se passait-il donc dans l’esprit de Jésus pendant ces tentations ? Quel genre de Messie émerge des réponses de Jésus au diable pendant ces tentations ?

 

  1. Jésus a été tenté de transformer les pierres en pain pour satisfaire sa faim. Le diable l’a tenté d’utiliser son pouvoir pour garantir sa propre survie. En réponse, Jésus cite un verset du Deutéronome, le livre qui raconte comment Dieu a nourri son peuple avec la manne dans le désert. Jésus dit au diable que nous ne survivons pas seulement de pain. Notre survie dépend de notre confiance en Dieu. Si nous comptons sur le seul pain pour vivre, nous risquons une mort intérieure, plus grave qu’une mort physique. En résistant à cette tentation, Jésus décide qu’il ne considère pas sa propre survie physique comme sa priorité absolue ; si c’était le cas, la croix serait inconcevable.

 

  1. Jésus est tenté d’utiliser son pouvoir pour fonder un empire fondé sur les méthodes du monde. Si Jésus avait adoré le diable, il se serait montré disposé à adopter les méthodes par lesquelles le monde exerce son pouvoir sur les autres, par les armes ou les troupes, par la peur ou la propagande. Nous ne savons que trop bien que de nombreux dirigeants politiques du monde aimeraient que nous les considérions comme des idoles qui ne peuvent rien faire de mal. Jésus refuse de céder à cette tentation. Jésus n’est pas une idole. Si Jésus était une idole, la croix serait inconcevable.

 

  1. Le Diable a finalement recours à la Bible pour soumettre à Jésus une tentation très subtile. Il cite le Psaume 91:11-12 pour tenter Jésus d’utiliser Dieu comme un moyen d’accroître son succès et sa popularité. Il n’y a rien d’étrange à cela. De nombreux dirigeants intelligents ont été victimes de cette tentation. Nous avons tous entendu des politiciens et des théologiens affirmer que Dieu est de leur côté au milieu d’une guerre ou d’une dispute, afin de faire de Dieu le serviteur de leurs propres objectifs et de s’assurer un soutien populaire. Jésus rejette cette popularité facile en faveur d’une obéissance fidèle à Dieu. Il fera des miracles en son temps et à sa manière. Jésus ne veut pas d’adulation. S’il avait succombé à cette tentation, la croix aurait été inconcevable. En résistant à ces trois tentations, Jésus opte pour le seul chemin qui lui reste : le chemin de la croix. Le début du Carême et le début de la Semaine Sainte sont liés par ce constat terrifiant. Les pouvoirs en place n’ont d’autre choix que de crucifier ceux qui défient leur autorité.

 

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.