Epiphany Sermon

Epiphany
January 3rd 2021

Isaiah 60:1-6, Ephesians 3:1-12, Matthew 2:1-12.

The Church is living through unprecedented times at the moment. More than two thousand years after Jesus’ birth and almost four hundred years after the founding of our own congregation, the pattern of our life has rarely been so tested as it is today. The model of a congregation that meets once a week has been undermined in the West ever since the middle of the 20th century by the secularization of our society. What is worse: since March, many churches can no longer come together in person to cultivate our common life and celebrate our God! We’ve almost got to the point of envying the secret meetings of persecuted Christians and Huguenots in The Désert!

Yet unlike Herod and all of Jerusalem in the text we just read, the unheard-of, whoever or whatever it is, should no longer have the right to scare us. For us, something is out of the ordinary is no longer an affliction for us. The unheard of can no longer disturb us because we have heard that God, our God, has come, is coming and will return for us. This is the reality of Christmas; the Savior’s coming into the world. Through his birth, Christ has not only taken on our flesh and our desires, he is also teaching us to live into, to endure and to turn to good all of our sufferings and our most intimate judgments; everything that limits us and locks us up (or locks us down!). Only those who try to resist out of pride or tension need be afraid of it. If Herod and the people of Jerusalem were receiving the good news without a second thought (as the Holy Family, the Shepherds, and the Magi do) their agitation and fear would immediately vanish. In particular, I believe the example of the Magi shows us how to receive this good news in our exile. Let them guide us in the mystery of the Epiphany that illuminates us today.

For several months, just like the Magi, we have been following the light of our screens in search of Jesus Christ. Accustomed to our services together, we followed what we knew and continued online services. The Magi were used to calculating and interpreting the stars, and found it natural to take their investigations further. Like them, we were confronted with a new situation that set us in motion. This journey took us through unknown territory; forced us to change our habits and form new ones. Through all of our festivals for the year 2020 since March, we have followed the rising star. Somehow, we saw it shine, sometimes a little hidden by clouds. Maybe we even lost it a bit a few times.

But today that star is here for us, and it has stopped. Today, with the Magi who contemplated this star that they knew and loved, we realize that our luminous screen doesn’t just lead us towards itself, towards Saint Esprit, towards the sanctuary or towards the liturgy that we know and love. The star doesn’t lead us to a king’s palace or the church we remember. Our shrine, the liturgy that we knew there, and the small Palestinian village of YouTube, are stages on our journey. Your screen The Star has stopped above the place where Jesus Christ was born this Christmas, and that place surprises and troubles the old church just as it troubled Jerusalem. How can the Messiah be born in Bethlehem? How can a screen incorporate us in divine life like the liturgy in person does? Today the star, your screen, the camera, all of this has stopped in a humble stable It is a place where our liturgy – our community – is revealed in all its frailty and its powerlessness. This is where Jesus Christ was born for us, not in heaven; not on the other side of the screen, not in a temple or a palace. Jesus Christ is nowhere other than the place where he or she who seeks him is to be found, whether alone or in community.

It’s something incredible and wonderful. Deeply heartwarming and hopeful to know that even when we cannot come together in person, when we can’t eat Christ’s meal together, we can come together around his “manger”. The shepherds and the Wise Men were certainly not around Jesus at the same time but with the Holy Family, they formed a kind of church! This mysterious community can of course be lived and felt when we come together in small groups to our sanctuary for prayers and the mid-week Eucharist. We can experience this mysterious community in the time we spend with Christ in prayer, reading, contemplation or meditation wherever we may be. But everything around us can also come alive for us with the presence of Christ if we allow him to inhabit the things we love and the things that make us afraid. The Magi have shown us that we can follow what amazes us and find treasure.

Who can believe that we will return as we were before from our trip? Who can believe that our country will be the same for us after such a quest and such an encounter? After having contemplated for ourselves, the silent face of a sleeping baby after so many months of pilgrimage? I hope that the year 2021 will teach us what it means for great scholars, for those accustomed to the traditions of our church, to its liturgy, to our holy routine, to return to this “strange land” after worshiping such a small God. For the Magi, the world would never be the same after they followed the star to the Child God. It is now up to us, and to you, to come together to be this church in strange and foreign lands on this earth. We are now gazing so closely at the face of a human and helpless God that nothing can be the same as before and this, I believe is good news for the coming year!

JFAB

Épiphanie                 Dimanche 3 janvier 2021

L’Église vit en ce moment une période sans précédent. Plus de 2000 après la naissance de Jésus, presque 400 ans après la fondation de notre congrégation, notre modèle communautaire a rarement été aussi mis à l’épreuve qu’aujourd’hui. Le modèle de la congrégation qui se réunit une fois par semaine est depuis le milieu du XXème siècle mis à mal en Occident par la sécularisation des sociétés. Pire, dit-on, depuis mars, beaucoup d’églises ne peuvent plus se réunir en personnes pour cultiver la vie fraternelle et célébrer notre Dieu ! On en viendrait presque à envier les réunions secrètes des chrétiens persécutés et les Huguenots au Désert ! 

Pourtant, contrairement à Hérode et à tout Jérusalem dans le texte que nous venons de lire, l’inouï, quel qu’il soit, ne devrait plus avoir le droit de nous faire peur. L’inhabituel n’est plus une malédiction pour nous. L’inouï ne peut plus nous troubler car nous avons entendu que Dieu, notre Dieu, est venu, vient et reviendra dans l’histoire pour nous. C’est la réalité de Noël, celle de la venue du Sauveur dans le monde. Le Christ en naissant a non seulement pris notre chair et nos désirs, mais il nous apprend aussi intérieurement à habiter, supporter, et tourner à bien nos souffrances et nos jugements les plus intimes, tout ce qui nous limite et nous enferme. Seul ce qui croit lui résister par orgueil ou crispation peut en avoir peur. Si Hérode et le peuple de Jérusalem recevaient sans arrière-pensées la bonne nouvelle, comme la sainte famille, les bergers, et les mages le font, leur trouble et leur peur s’évanouiraient aussitôt. L’exemple des mages peut particulièrement, je crois, nous montrer comment recevoir cette bonne nouvelle en notre exil. Laissons-les nous guider dans le mystère de l’Epiphanie qui nous illumine aujourd’hui. 

Avec les mages, depuis plusieurs mois nous suivons la lumière de nos écrans à la recherche de Jésus Christ. Habitués à nos services ensemble, nous avons suivi ce que nous connaissions en continuant les services en ligne. Les mages étaient habitués à calculer et interpréter les étoiles et ont trouvé naturel de pousser plus loin leurs investigations. Avec eux, nous avons été confrontés à une situation nouvelle qui nous a mis en chemin. Ce voyage nous a mené à travers des territoires inconnus, nous a forcé à changer nos habitudes, à en prendre de nouvelles. Depuis mars, à travers tous nos festivals de l’année 2020, nous avons suivi l’étoile qui s’est levée. Tant bien que mal nous l’avons vue briller, parfois un peu cachée par des nuages. Peut-être que nous l’avons même un peu perdue quelques fois. 

Mais aujourd’hui cette étoile est là pour nous, et elle s’est arrêtée. Aujourd’hui, avec les mages qui contemplaient cette étoile qu’ils connaissaient et aimaient nous nous rendons compte que notre écran lumineux ne nous conduit pas seulement vers lui-même, vers St. Esprit, vers le sanctuaire ou vers la liturgie que nous connaissons et aimons. L’étoile ne nous conduit pas vers le palais d’un roi ou l’église dont nous nous souvenons. Notre sanctuaire, la liturgie que nous y connaissions, et le petit village palestinien de Youtube, sont des étapes sur notre route. L’étoile, votre écran s’est arrêté au-dessus du lieu où Jésus-Christ est né ce noël et ce lieu surprend et trouble la vieille église comme elle a troublé Jérusalem. Comment le Messie peut-il naître à Bethléem ? Comment un écran peut-il nous faire participer à la vie divine au même titre que la liturgie ? Aujourd’hui l’étoile, votre écran, la caméra, tout cela s’est arrêtée dans une humble étable, cet endroit où notre liturgie, notre communauté est révélée dans son humilité et son impuissance. C’est ici que Jésus-Christ est né pour nous, pas dans le ciel, pas de l’autre côté de l’écran, pas dans un temple ou un palais. Jésus-Christ n’est pas autre part qu’en l’endroit où se trouve celui ou celle qui le recherche, tout seul et en communauté. 

C’est quelque chose d’inouï et de merveilleux. De profondément réconfortant et plein d’espoir de savoir que même lorsqu’on ne peut pas se retrouver ensemble en personne, on peut se retrouver autour de la crèche du Christ. Les bergers et les mages n’étaient sûrement pas autour de Jésus en même temps mais ils ont formé avec la sainte famille une forme d’église ! Cette communauté mystérieuse on peut bien sûr la vivre et la ressentir quand nous venons par petits groupes dans notre sanctuaire pour les prières et l’Eucharistie de mi-semaine. On peut vivre cette communauté mystérieuse dans le temps que nous passons avec le Christ dans la prière, la lecture, la contemplation ou la méditation où que nous soyons. Mais tout ce qui nous entoure peut aussi s’animer pour nous de la présence du Christ si nous le laissons animer les choses que nous aimons et celles qui nous font peur. Les mages nous ont montré qu’on pouvait suivre ce qui nous étonnait et trouver un trésor.  

Qui peut croire que nous reviendront comme avant de notre voyage ? Qui peut croire que notre pays sera pour nous le même après une telle quête et une telle rencontre ? après avoir contemplé nous-mêmes, après tant de mois de pèlerinage, le visage silencieux d’un bébé endormi ? J’espère que l’année 2021 nous apprendra ce que cela signifie pour de grands savants, à nous autres habitués aux traditions de notre église, à sa liturgie, à notre sainte routine, de revenir dans cette « terre étrange » après avoir adoré un Dieu si petit. Pour les mages, le monde n’a jamais plus été le même après qu’ils ont suivi l’étoile jusqu’à l’Enfant-Dieu. C’est dès à présent à nous, à vous, d’être ensemble cette église en terres étrangères et étrange sur cette terre. Nous contemplons en ce moment de si près la face d’un Dieu humain et impuissant que rien ne pourra plus être comme avant et c’est, je crois, une très bonne nouvelle pour l’année qui commence !

JFAB.

Posted in sermons.