Epiphany II – sermon

Epiphany II
January 17, 2021
I Samuel 3:1-20 I Corinthians 6:12-20 John 1:43-51

It’s a fact that most of the world’s population – certainly the majority of those living in Europe, Africa and Asia – don’t know how many generations their families have lived in one particular area. In England and France – the two European countries I know best – unless you come from quite an aristocratic family, you’re unlikely to be able to trace your ancestry back more than two or three hundred years. The records have mostly been lost; burned or bombed to pieces in the course of one of Europe’s many bloody wars. The recent surge of interest in genealogical research has resulted in more and more people being able to trace at least a part of their family tree back several generations. The Americans are particularly interested in their racial and national origins, and they were the first to popularize this trend. When I first came to this country, I was constantly surprised by how many Americans would tell me something like: “I’m one quarter Irish, one quarter English, one quarter Dutch and one quarter French….” I’m not entirely sure of what I am: there are family rumors about Huguenot, Welsh and gypsy ancestors, and even a story that we are descended from the Duke of Rutland himself – albeit ‘on the wrong side of the sheets….’.

People often derive a sense of security from knowing who their ancestors are. Sometimes it fills them with a feeling of belonging in a fractured world, where such feelings are rare. Sometimes those ancestors inspire them to lead better lives. Sometimes, as we have seen unfold in the political life of the United States these last few weeks, this obsession with national or personal identity manifests itself in terrifying ways, through racism and violence. The church has its own version of this obsession with ancestry. Denominations led by bishops (like the Roman Catholics, the Eastern Orthodox church and the Anglican Church) claim for themselves something they call “Apostolic Succession”. The idea is simply explained. Jesus called his first disciples (the story we just heard). These disciples chose their successors and bequeathed them their authority, they in turn selected others, and so on down to our own day. If I held the hand of the Bishop who ordained me, and that Bishop held hands with the one who ordained him, there would be a line of linked hands stretching back to Jesus himself. Now, the idea in itself is a fine one. It was invented by those who wanted to protect the church from what they thought of as heresy. It was a sort of ‘blood line’ of authenticity. It also enabled the Church to tell inspiring stories of the saints of the past; rather like those people whose ancestors have inspired them to lead better lives.

Just as is the case for uncovering the lines of our human ancestry, this obsession with Apostolic Succession comes with its own problems. First of all, it’s quite difficult to establish this line of succession through the generations back to Christ. Secondly, people sometimes boast about the lives of their ancestors, while making very little of their own. Being a descendant of Einstein doesn’t make you a Nobel Prize winning scientist. Being a descendant of the Duke of Rutland hasn’t made me a Duke! Claiming Apostolic Succession doesn’t in itself make you into a good Christian. Of course, it’s fascinating to see where we have come from, but this interest should never overshadow our responsibility to make the most of the life that God has entrusted to us. Our ancestors might be interesting or even impressive, but it is our duty to touch the lives of others not through the prestige of our bloodline or our traditions, but through the compassion and love that God showers on us through Christ.

In our Gospel reading, we heard of the call of the very first followers of Christ, Philip and Nathaniel. The little details of that call are very revealing. They open our eyes to Christ’s true identity as the Word made flesh, and they prefigure the sort of ministry that Jesus will have. Something good has come out of what Nathaniel thought of as the rural backwater of Nazareth. Something so extraordinary that those who can recognize it will see God’s love flowing from heaven and returning to heaven in the form of angels ascending and descending on the Son of Man. The way in which Christ calls each one of us is different. Sometimes those stories are sudden and spectacular. Sometimes they are slow and quietly beautiful. But what we can say with certainty is that God’s call never comes to us in a vacuum. It is deeply personal and intimate, because it issues from a personal God. It is never abstract or conceptual. It isn’t beamed out from nowhere like a sort of alien invasion. It’s planted in our circumstances: in our family lives, our work, our friendships and our personal histories. And once that call comes – like it has to you in Paris and us here in New York – it creates a community of the Body of Christ around it. We are not just called as individuals. We are called to share in a life of love with others who have heard that call. We are called to hand that love on.

That is what we are doing right now. We have been called to hand on what Philip and Nathaniel and their successors have handed on to us. In our own generation we believe, live and proclaim the call that we have received. We preach the good news of God’s saving love, we baptize others, we marry them and commend them to God when they are buried. We accompany them through pandemics and political insecurity. We work to relieve the needs of the exile, the poor and the suffering. We are the face of Christ in our own generation; and Christ has no other hands than ours. May God strengthen those hands and grant us courage in our turn to proclaim God’s love for our broken world.
NJM

Le deuxième dimanche après l’Épiphanie le 17 janvier 2021

C’est un fait que la plupart de la population du monde – surement la majorité de ceux qui vivent en Europe, en Afrique et en Asie – ne sait pas combien de générations de leur famille ont vécu dans une région en particulier. En Angleterre et en France – les deux pays européens que je connais le mieux – à moins que vous ne veniez d’une famille plutôt aristocratique il y a peu de chance que vous ne puissiez reconstruire votre arbre généalogique sur plus de 200 ou 300 ans. La plupart des registres ont été perdus ; ou ont brulé ou ont été décimés par les bombes lors de l’une des nombreuses guerres sanglantes en Europe. L’intérêt récent pour les recherches généalogiques a permis à de plus en plus de gens de pouvoir reconstruire leur arbre généalogique sur plusieurs générations d’au moins l’une de ses branches. Les américains sont particulièrement intéressés par leurs origines raciales et nationales, et ils ont été les premiers à populariser cette tendance. Quand je suis arrivé dans ce pays, j’ai été constamment surpris par la façon dont les américains pouvaient me dire quelque chose comme : « je suis un quart irlandais, un quart anglais, un quart néerlandais et un quart français… » Je ne suis pas entièrement sûr de ce que je suis : il y a des rumeurs d’ancêtres huguenots, gallois et gitans dans ma famille, et même une histoire comme quoi nous descendrions du Duc de Rutland lui-même – bien qui ce serait suite à une aventure extraconjugale…

Les gens tirent souvent un sens de sécurité dans les informations sur leurs ancêtres. Parfois, cela les remplit d’un sentiment d’appartenance dans un monde fracturé, ou ce type de sentiments sont rares. Parfois, ces ancêtres les inspirent à mener des meilleures vies. Parfois, comme nous l’avons vu aux États-Unis les semaines ces dernières semaines, cette obsession avec l’identité nationale ou personnelle se manifeste de façons terrifiantes, à travers le racisme et la violence. L’Église a sa propre version de cette obsession avec la généalogie. Les dénominations dirigées par des évêques (comme l’Église catholique romaine, l’Église orthodoxe russe et l’Église anglicane) se réclament de ce qu’elles appellent la « succession apostolique ». L’idée s’explique simplement. Jésus a appelé ses premiers disciples (l’histoire que nous venons d’entendre). Ces disciples ont choisi leurs successeurs et leur ont légué leur autorité, ils en ont fait de même, et ainsi de suite jusqu’à aujourd’hui. Si je tenais la main de l’évêque qui m’a ordonné, et que cet évêque tenait la main de celui qui l’a ordonné, nous formerions une ligne de mains jointes qui remontrait jusqu’à Jésus lui-même. Maintenant, l’idée en soi est plutôt bonne. Elle a été inventée par ceux qui voulaient protéger l’Église de ce qu’ils pensaient être de l’hérésie. C’était une sorte de ‘lignée du sang’ d’authenticité. Cela permettait aussi à l’Église de raconter des histoires inspirantes sur les saints du passé ; un peu comme ces gens qui ont été inspirés par leurs ancêtres à vivre de meilleures vies.

Tout comme le cas de la découverte de la lignée de notre généalogie humaine, cette obsession avec la succession apostolique entraine ses propres problèmes. Tout d’abord, il est assez difficile d’établir cette lignée à travers les générations jusqu’au Christ. Deuxièmement, les gens parfois se vantent de la vie de leurs ancêtres en n’accomplissant pas grand-chose d’eux-mêmes. Descendre d’Einstein ne fait pas de vous un scientifique vainqueur du prix Nobel. Descendre du Duc de Rutland ne m’a pas fait Duc ! Se réclamer de la succession apostolique ne fait pas en soi de vous un bon chrétien. Bien sûr, c’est fascinant de voir d’où nous venons, mais cet intérêt ne devrait jamais faire de l’ombre à notre responsabilité de tirer le maximum de la vie que Dieu nous a confiée. Nos ancêtres peuvent être intéressants ou même impressionnants, mais c’est notre devoir de toucher la vie des autres non à travers le prestige de notre lignée ou de nos traditions, mais à travers la compassion et l’amour que Dieu fait jaillir sur nous à travers le Christ.

Dans notre lecture de l’Évangile, nous avons entendu parler de l’appel des tout premiers disciples du Christ, Philippe et Nathanaël. Les petits détails de cet appel révèlent beaucoup. Ils ouvrent nos yeux à la vraie identité du Christ en tant que la Parole faite chair, et ils préfigurent le type de ministère que Jésus exercera. Quelque chose de bon est sorti de ce que Nathanaël considérait comme le coin rural et reculé de Nazareth. Quelque chose de si extraordinaire que ceux qui peuvent le reconnaître verrons l’amour de Dieu jaillir du ciel et retourner vers celui-ci sous forme d’anges qui montent du et descendent sur le Fils de l’Homme. La façon dont le Christ nous appelle est différentes pour chacun de nous. Parfois ces histoires sont soudaines et spectaculaires. Parfois elles sont lentes et calmement belles. Mais ce que nous pouvons affirmer est que nous ne recevons jamais l’appel de Dieu dans le vide. Il est profondément personnel et intime, parce qu’il coule d’un Dieu personnel. Il n’est jamais abstrait ou conceptuel. Il ne rayonne jamais de nulle part comme une invasion extra-terrestre. Il est planté dans nos circonstance : dans nos vies de famille, nos emplois, nos amitiés et nos histoires personnelles. Et une fois que cet appel arrive – comme cela nous est arrivé à New-York – une communauté du corps du Christ s’y crée autour. Nous ne sommes pas simplement appelés en tant qu’individus. Nous sommes appelés à partager dans une vie d’amour avec les autres qui ont entendu cet appel. Nous sommes appelés à faire passer cet amour.

C’est ce que nous faisons maintenant. Nous avons été appelés à faire passer ce que Philippe et Nathanaël et leurs successeurs nous ont fait passer. Dans notre propre génération nous croyons, nous vivons et nous proclamons ce que nous avons reçu. En tant que communauté nous prêchons la bonne Nouvelle de l’amour sauvant de Dieu, nous baptisons les autres, nous les marrions et nous les recommandons à Dieu lorsqu’ils sont enterrés. Nous les accompagnons à travers les pandémies et les insécurités politiques. Nous œuvrons afin de soulager les besoins des exilés, des pauvres, et de ceux qui souffrent. Nous sommes le visage du Christ dans notre propre génération ; et le Christ n’a d’autres mains que les nôtres. Que Dieu affermisse ces mains et nous accorde le courage à notre tour de proclamer l’amour de Dieu pour notre monde brisé.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.