Avent II – Sermon

Advent II

December 8, 2019

Isaiah 11:1-10  Romans 15:4-13   Matthew 3:1-12

 

It is hard for us to understand today, but there have been times when the Middle East was at peace. In fact, centuries have gone by without the area knowing any conflict at all. The period from about 825 BC until 730 BC was such a time for the little kingdoms of Israel and Judah. In 722 BC all of this changed. When Tiglath-Pileser III became king of Assyria in about 745 BC, he destabilized the entire region and brought all the surrounding nations under the threat of Assyrian dominance. He was intent on conquering all the land to his south and west: including the prosperous little kingdom of Israel. The northern kingdom of Israel fell in 722 BC. Its cities were destroyed and a vast number of its citizens were dispersed. (We now know them as the so-called ‘lost tribes of Israel’).

Isaiah the prophet was writing in the southern kingdom of Judah when all of this was going on. His situation was no less perilous, and the future of the Davidic dynasty that ruled from Jerusalem was very much in doubt. Would Judah fall to the Assyrians, just as their neighbors to the north and south had fallen? What would become of God’s promises if that should happen? The fall of their neighbors and the threat of extinction led to a huge sense of insecurity for the king in Jerusalem and for the citizens of Judah. Under such circumstances, you would expect the prophet to issue dire warnings to the king and the people: “Mend your ways, or disaster will strike! Repent, trust in God and not in kings or armies so that you will be spared!”

Instead of such dire warnings, Isaiah speaks about hope and reassurance. He addresses the people with words of security and promise, and speaks of a future filled with hope. Whatever happens, God will be faithful to the Davidic kingdom. And whatever happens to the current king, God will still be king over them. Even if the family tree of the house of David is cut down, its roots will remain and a new branch will spring up from the tree that is hewn down. This time, the kingship will not be exercised by someone like the faithless king Ahaz of Judah, but by a king who will exercise the seven gifts of kingship that Isaiah names in our passage: wisdom, understanding, authority, strength, justice and righteousness; all bound together by the crowning seventh gift, the Spirit of God that will rest on such a ruler. The needy, the poor and the disenfranchised will be championed, and the wicked will be judged. Isaiah describes a utopian state of affairs, in which paradise is restored and the wolf and the lamb lie down together. All of this will take place in Jerusalem; the holy mountain of God. All nations – even the dreaded enemy Assyria – will be drawn to it.

Some of the most beautiful language in the Bible was produced at a time of catastrophe: quite a contrast with the language used in our media and our public discourse today. Advent is a time when we clear our minds of such counsels of despair. We need to learn the language of hope. During Advent we recall the titles and attributes of the king that Isaiah described and apply them to Jesus. The hymn ‘O come; o come Emmanuel’ contains these images: “O wisdom! O Lord! O root of Jesse! O key of David! O dayspring from on high! O King of the nations! O Emmanuel!”

With Jesus’ coming, the Kingdom of God becomes visible. As Jesus himself said, his lordship is not ‘of this world’, and Jesus exercises authority in a way that is vastly different from the way in which authority is exercised by the rulers of the nations today. He causes fresh green shoots to spring up in places where we thought that all life had departed. He opens doors of love and forgiveness that we thought were locked to us forever. He shines light in places in our lives we thought would always have to stay in the deepest darkness. The titles of the Messianic King described by Isaiah to a nation living in fear continue to bring us hope and courage. In the middle of political uncertainty, a climate crisis and the transformation of society in unpredictable and unsettling ways, God stays constant. Whatever befalls us, God will still be our guide and our ruler; just as he was for the Kingdom of Judah when it, in its turn was defeated and destroyed by the Babylonians in 586 BC.

By nurturing our hope and by remembering the stories of those who have emerged from disaster, we come to experience the peace that Christmastime is supposed to bring us. We long for peace in our nation, we long for peace between the nations, peace in our city, peace in our families and within ourselves. In describing his vision of God’s reign, Isaiah uses images of animals who are normally antagonistic to each other lying down in peace. He reminds us of the Garden of Eden in Genesis 1-2. When the Prince of Peace finds a place in our lives, peace will flow from us, just as peace flowed from God’s holy mountain in Isaiah’s vision. That sense of peace will lead us to right relationships with our neighbors and fairness in our dealings with others. Just as violence begets violence, peace begets peace. At Jesus’ birth, the angels sang “Glory to God in the Highest, and peace on earth!” May that be our song too as we prepare to celebrate the birth of the Prince of Peace this Christmas.

NJM

 

 

Le deuxième dimanche de l’Avent                                                                  le 8 décembre 2019

 

Il est difficile pour nous de le comprendre aujourd’hui, mais il y a eu des moments où le Moyen-Orient était en paix. En fait, des siècles se sont écoulés sans que la région ne connaisse aucun conflit. La période d’environ 825 avant JC à 730 avant JC était une telle période pour les petits royaumes d’Israël et de Judée. En 722 avant JC, tout cela a changé. Lorsque Tiglath-Pileser III est devenu roi d’Assyrie vers 745 avant JC, il a déstabilisé toute la région et a exposé toutes les nations environnantes à la menace de la domination assyrienne. Il avait l’intention de conquérir toutes les terres à son sud et à son ouest : y compris le petit royaume prospère d’Israël. Le royaume du nord d’Israël est tombé en 722 av. JC. Ses villes ont été détruites et un grand nombre de ses citoyens ont été dispersés. (Nous les connaissons maintenant comme les « tribus perdues d’Israël »).

Ésaïe le prophète écrivait dans le royaume du sud de Judée quand tout cela se passait. Sa situation n’était pas moins périlleuse et l’avenir de la dynastie davidique qui régnait de Jérusalem était très incertain. La Judée tomberait-elle aux mains des Assyriens, tout comme leurs voisins du nord et du sud étaient tombés ? Que deviendraient les promesses de Dieu si cela se produisait ? La chute de leurs voisins et la menace d’extinction ont créé un énorme sentiment d’insécurité pour le roi de Jérusalem et pour les citoyens de Judée. Dans de telles circonstances, vous vous attendriez à ce que le prophète envoie des avertissements désastreux au roi et au peuple : « Changez vos manières, ou un désastre frappera ! Repentez-vous, faites confiance à Dieu et non aux rois ou aux armées afin que vous soyez épargnés ! »

Au lieu de ce type d’avertissements pressants, Ésaïe parle d’espoir et de réconfort. Il s’adresse aux gens avec des mots de sécurité et de promesse, et parle d’un avenir rempli d’espérance. Quoi qu’il arrive, Dieu sera fidèle au royaume davidique. Et quoi qu’il arrive au roi actuel, Dieu sera toujours leur roi. Même si l’arbre généalogique de la maison de David est coupé, ses racines resteront et une nouvelle branche en jaillira. Cette fois, la royauté ne sera pas exercée par quelqu’un comme le roi infidèle Achaz de Judée, mais par un roi qui exercera les sept dons de royauté qu’Ésaïe nomme dans notre passage : sagesse, compréhension, autorité, force, justice et vertu ; toutes liées par le septième don du couronnement avec l’Esprit de Dieu qui reposera sur un tel dirigeant. Les nécessiteux, les pauvres et les démunis seront défendus, et les méchants seront jugés. Ésaïe décrit un état des choses utopique, dans lequel le paradis est restauré et le loup et l’agneau s’allongent cote à cote. Tout cela aura lieu à Jérusalem ; la sainte montagne de Dieu. Toutes les nations – même l’ennemi redouté de l’Assyrie – y seront attirées.

Certaines des plus belles phrases de la Bible ont été produites à une époque de catastrophe : un contraste assez important avec le langage utilisé dans nos médias et nos discours publics aujourd’hui. L’Avent est un moment où nous nous effaçons ces conseils désespérants de nos esprits. Nous devons apprendre la langue de l’espérance. Pendant l’Avent, nous nous rappelons des titres et des attributs du roi qu’Esaïe a décrits et nous les appliquons à Jésus. L’hymne ‘O come; o come Emmanuel’ contient ces images : ‘O wisdom! O Lord! O root of Jesse! O key of David! O dayspring from on high! O King of the nations! O Emmanuel!’

Avec la venue de Jésus, le Royaume de Dieu devient visible. Comme l’a dit Jésus lui-même, son règne n’est pas « de ce monde », et Jésus exerce son autorité d’une manière très différente de la manière dont cette autorité est exercée par les dirigeants des nations aujourd’hui. Il fait pousser de nouvelles pousses vertes dans des endroits où nous pensions que toute vie avait disparu. Il nous ouvre des portes d’amour et de pardon que nous pensions verrouillées pour toujours. Il éclaire des endroits de notre vie que nous pensions voués à l’obscurité éternelle la plus profonde. Les titres du roi messianique décrits par Ésaïe à une nation vivant dans la peur continuent de nous apporter espoir et courage. Au milieu de l’incertitude politique, d’une crise climatique et de la transformation de la société de manière imprévisible et troublante, Dieu reste constant. Quoi qu’il nous arrive, Dieu sera toujours notre guide et notre souverain ; tout comme il l’était pour le royaume de Judée lorsqu’il fut, à son tour, vaincu et détruit par les Babyloniens en 586 av.

En nourrissant notre espérance et en se souvenant des histoires de ceux qui se sont sortis d’un désastre, nous arrivons à vivre la paix que Noël est censé nous apporter. Nous aspirons à la paix dans notre nation, nous aspirons à la paix entre les nations, la paix dans notre ville, la paix dans nos familles et en nous-mêmes. Pour décrire sa vision du règne de Dieu, Ésaïe utilise des images d’animaux normalement opposés les uns aux autres, allongés en paix. Il nous rappelle le jardin d’Eden dans la Genèse 1-2. Lorsque le Prince de la paix trouvera une place dans nos vies, la paix coulera de nous, tout comme la paix coulait de la montagne sainte de Dieu dans la vision d’Ésaïe. Ce sentiment de paix nous conduira à de bonnes relations avec nos voisins et à l’équité dans nos relations avec les autres. Tout comme la violence engendre la violence, la paix engendre la paix. À la naissance de Jésus, les anges ont chanté « Gloire à Dieu au plus haut, et paix sur terre ! ». Que ce soit aussi notre chanson alors que nous nous préparons à célébrer la naissance du Prince de la paix ce Noël.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.