All Saints | La Toussaint – Sermon

All Saints Sunday

November 3, 2019

Daniel 7:1-18   Ephesians 1:11-23   Luke 6:20-31

For centuries it was the custom in Christian countries to give children the name of a saint. The principle is even written into the Canon Law of the Roman Catholic Church: “Parents, sponsors and the priest are to take care that a name foreign to Christian sensibility is not given.” You will search both the Bible and the names of the saints in vain if you’re looking to find an Ebai, a Jedi or a Paprika; all names that have been given to French babies in the last two years. As far as I know, there is no Saint Nigel either (at least not yet!). Many of the most popular saints’ names can be found in the Bible: Mary, Paul, John, Elizabeth etc.., but it is an astonishing fact that most of the people who feature in the Bible are actually nameless. We don’t even have the names of some of the people who feature most prominently, like the Magi who visited Jesus in the stable for instance.

Let’s just take the New Testament as an example. It will come as no surprise to hear that most of the unnamed people are women. They are often just described by the epithet “The woman who” or “The woman with”. We have the woman who was caught in adultery, the Samaritan woman, the woman with the flow of blood, the Syrophoenician woman whose nameless daughter was sick, the widow who gave two little coins in the temple, the widow of Nain whose son had died. The only two children whose names we know are Jesus and John the Baptist; despite children featuring in the horrible story of the massacre of the innocents at Jesus’ birth, and Jesus sitting a child on his knee and telling his disciples that they should accept the kingdom just like the example of that child. The Ethiopian Eunuch that Philip baptized is simply known by the epithet ‘The Eunuch’. The man born blind, the owner of the donkey that Jesus rode into Jerusalem, the crucified repentant thief are all characters without a name, as are the seventy people whom Jesus commissioned to carry his message throughout Palestine.

And what about the nameless crowds that gathered around Jesus wherever he went? Or the many unnamed members of the communities in Corinth, Galatia and Rome to whom Paul wrote? Many of those people suffered expulsion from their families or even death because they dared to follow Jesus. As the centuries have rolled on, the church has continued to be very selective in the names it has chosen to remember. Male saints outnumber female saints by about four to one. If you want to have your name remembered in this way, you will have a head start if you are male, a priest or a monk; better still a bishop, and best of all a Pope. It also helps if you’re Italian or French. If you insist on being a woman, become a nun or stay a virgin. On All Saints Sunday we don’t just remember those saints whose names are written in bright lights. Those people would never have been named as saints without the communities that supported them. Holiness is not a private enterprise. It should never be turned into a cult of Christian celebrity. The Bible describes all Christian people as saints, whether we remember their names or not.

Though we don’t know the names of those people I mentioned earlier, we know their stories. In fact, they are named precisely for their stories: ‘The woman who.” “The woman with.” Their stories are told every year in our church services. They are not just identified by their stories: their stories define who we are as children of God and followers of Jesus. Their trust, their vulnerability, their generosity and their love for their families and communities are commemorated in the briefest of vignettes in the Bible. We are shaped and formed by the stories that we choose to remember. That is why we recall the people who have died over the past year during the service and reception today. One of those people is our beloved sister Anne Cadoret. She was a person of a deep and kind faith. Though a very private person, she was ready to help people in need and had nothing but kind things to say of her neighbors. She volunteered for the simplest but most important of tasks: polishing the silver or ironing the linens. She will be missed, and we will continue to tell her story and remember her name.

Finally, the nameless people that gathered around Jesus in Luke’s gospel came for so many reasons. They gathered out of curiosity or a desire to be healed. They brought their vulnerability to Jesus and trusted him to show them something new; something that could transform their lives. That is the only quality you need to be a saint. All we can really bring to Jesus is our vulnerability. Grief, loss and death are the most spectacular ways in which our vulnerability manifests itself. Death and holiness are bound together through what Jesus accomplished on the cross. The nameless repentant thief was its first witness. And yet his name is recorded in the book of Life: that book where our story and our name are the same long and beautiful word: a word that at the moment only God knows. Perhaps Britney, Asterix or Dior are not currently the names of recognized saints. But in God’s eyes, they already are.

NJM

 

La Toussaint                                                                                                 le 3 novembre 2019

 

Pendant des siècles il était coutume dans les pays chrétiens de donner un nom de Saint à ses enfants. Ce principe est même décrit dans le droit canonique de l’Église Catholique : « Les parents, les parrains et le curé veilleront à ce que ne soit pas donné de prénom étranger au sens chrétien. » Vous pourrez chercher en vain parmi la Bible et les noms de Saints pour y trouver Ebai, Jedi ou Paprika ; chacun étant un nom donné à des enfants en France au cours des deux dernières années. Tout autant que je sache, il n’existe pas non plus de Saint-Nigel (du moins pour le moment !) Les noms des Saints les plus connus peuvent se trouver dans la Bible : Marie, Paul, Jean, Élizabeth, etc. Mais un fait étonnant est que la plupart des gens qui se trouvent dans la Bible n’ont pas de nom. Nous n’avons pas non plus le nom de personnages qui y sont pourtant bien mis en avant, comme par exemple les Rois Mages qui ont rendu visite à Jésus dans l’étable.

Prenons seulement le Nouveau Testament comme exemple. Cela ne vous surprendra pas que je vous dise que la plupart des personnages sans nom sont des femmes. Elles sont souvent décrites par un adjectif ou un complément, « la femme ceci » ou « la femme cela ». Nous avons la femme surprise en train de commettre un adultère, la femme Samaritaine, la femme hémorragique, la femme Cananéenne dont la fille était malade, la femme veuve qui a donné deux petites pièces au Temple, la femme veuve de Naïn dont le fils était mort. Les deux seuls enfants dont nous connaissons les noms sont Jésus et Jean le Baptiste ; bien qu’il y ait des enfants dans l’horrible histoire du massacre des innocents à la naissance de Jésus, et quand Jésus assied un enfant sur ses genoux et dit aux disciples qu’ils devraient accepter le Royaume en suivant l’exemple de cet enfant. On ne connait seulement l’Eunuque éthiopien que Philippe a baptisé par le mot « l’Eunuque ». L’homme né aveugle, le propriétaire de l’âne que Jésus a monté pour entrer à Jérusalem, le voleur crucifié repenti, tous ces personnages sont sans nom, tout comme le sont les soixante-dix personnes que Jésus a commissionnées pour porter son message à travers la Palestine.

Et qu’en est-il des foules sans nom qui se regroupaient autour de Jésus partout où il allait ? Ou bien des nombreux membres sans nom de la communauté de Corinthe, Galates et Rome à qui Paul écrivait ? Nombreux de ceux-ci ont souffert du rejet de leurs familles ou même sont morts parce qu’ils ont osé suivre Jésus. Au fur et à mesure des siècles, l’Église est restée très sélective quant aux noms qu’elle choisit de se rappeler. Les noms de Saints sont quatre fois plus nombreux que les noms de Saintes. Si vous voulez qu’on se souvienne de votre nom de cette façon, vous partirez avec un avantage si vous êtes un homme, un prêtre ou un moine ; encore mieux, un Évêque, et tout en haut de la liste, un Pape. Si vous êtes italien ou français cela aide aussi. Si vous voulez vraiment être une femme, il vous faudra devenir nonne ou rester vierge. Le dimanche de la Toussaint, nous ne nous souvenons pas seulement de ces Saints dont les noms sont écrits de lettres dorées. Ceux-ci n’auraient jamais été nommés Saints sans les communautés qui les ont supportés. La sainteté n’est pas une entreprise privée. Cela ne devrait jamais devenir un culte de la célébrité chrétienne. La Bible décrit tous les chrétiens comme des Saints, que l’on se souvienne de leurs noms ou pas.

Bien que l’on ne connaisse pas le nom de ces personnages dont j’ai parlé plus tôt, nous connaissons leurs histoires. En fait, chacun porte même le nom de son histoire : « La femme ceci », « la femme cela ». Leurs histoires sont racontées tous les ans lors de nos offices. On ne les identifie pas seulement par leurs histoires : leurs histoires définissent qui nous sommes en tant qu’enfants de Dieu et disciples de Jésus. Leur confiance, leur vulnérabilité, leur générosité et leur amour pour leurs familles et communautés sont commémorés dans ces brèves scènes de la bible. Les histoires dont nous choisissons de nous souvenir façonnent et forment qui nous sommes. C’est pourquoi nous nous souvenons de ceux qui nous ont quitté cette année lors de notre office et réception aujourd’hui. L’une de ces personnes est notre sœur bien aimée Anne Cadoret. C’était quelqu’un qui avait une Foi chaleureuse et profonde. Bien que réservée, elle était toujours prête à aider ceux dans le besoin et n’avait que des bonnes choses à dire de ses voisins. Elle se portait volontaire pour les plus simples, mais les plus importantes des tâches : polir l’argenterie ou repasser le linge du sanctuaire. Elle nous manquera, et nous continuerons de raconter son histoire et de nous souvenir de son nom.

Enfin, ceux qui ne sont pas nommés et qui se regroupaient autour de Jésus dans l’Évangile de Luc venaient pour bien des raisons. Ils se regroupaient par curiosité ou par désir d’être guéris. Ils ont apporté leur vulnérabilité à Jésus et ils lui ont fait confiance pour qu’il leur montre quelque chose de nouveau ; quelque chose qui pourrait transformer leurs vies. Là se trouve la seule qualité dont vous avez besoin pour être des saints. La seule chose que nous pouvons apporter à Jésus est notre vulnérabilité. Le chagrin, la perte et la mort sont les manières les plus spectaculaires par lesquelles notre vulnérabilité se manifeste. La mort et la sainteté sont liées à travers ce que Jésus a accompli sur la croix. Le voleur sans nom repenti sur la croix était son premier témoin. Et pourtant, son nom est inscrit dans le livre de la Vie : ce livre où nos histoires et nos noms sont le même mot magnifique et long : un mot que pour le moment seul Dieu connaît. Alors peut-être que Britney, Astérix ou Dior ne sont pas aujourd’hui des noms de Saints reconnus, mais aux yeux de Dieu ils le sont déjà.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.