Sermon – Easter IV

Easter IV
May 8, 2022
Acts 9:36-43 Revelation 7:9-17 John 10:22-30

It’s rather appropriate that the Mother’s Day reading taken from the book of Acts concerns Tabitha. She is also known as Dorcas; the Greek translation of her name which means “Gazelle”. She even has a species of gazelle named after her – gazella dorcas – an elegantly horned gazelle with long pointed ears and a white flash on the chest. Theologians and preachers throughout Christian history have held her up as an example of the sort of devoted and faithful service that widows were expected to offer to the church; even though it is not entirely clear that she was a widow herself. She certainly helped the poor widows of the port city of Joppa (the Tel Aviv of today), and so its perhaps appropriate that she serves as a fine example of this sort, perhaps even the best example in the Bible which is full of stories of women who have bravely and courageously given their lives in service of others. But there is far more to this person than initially meets the eye. I know many widows and older women – indeed women of every age – who have transformed the communities where they worship through their witness and their example, and St. Esprit is lucky enough to be one of those communities. They are not always mild-mannered and passive women living out the rest of their lives in quietness and occupying themselves with modest good works. They are astute judges of character, teachers by word and example, and some of the wisest people in their communities. In the light of those observations, here are a few things that I think Dorcas wants us to remember today.

First, the Vestry and staff of St. Esprit have been thinking hard about what our priorities are as we emerge from the pandemic. Will we return to the ‘old normal’, or are we obliged to get used to the ‘new normal’, whatever that may be? The pandemic might have left an indelible impression on us, but some things are certainly not going to change. The story of Dorcas reminds us that the church has always been made up of many small gestures and acts of service. Some of these go unnoticed until the person that does them moves away or dies. Dorcas was privileged to see this for herself. After her death, her house was besieged by the recipients of her acts of kindness. She was the cement that held that community together. Let us never take those so-called small gestures for granted: the telephone calls, the emails and the cards that continued during the pandemic years; and now the cleaning up after the services, those who serve as ushers and volunteers, readers, flower arrangers, operators of the live-stream equipment, the altar guild and everyone else who now turns up in person to make our church what it is. These things are the fabric of the community. They are the ways in which we share the love of Christ and our love and care for each other.

Second, Dorcas never met Jesus in person. She lived several miles from Jerusalem in Joppa (Jaffa) on the Mediterranean coast. She reminds us of those people whom Jesus mentions in a parable. On the day of Judgment, he separates humanity into the good and the bad. The good people say: “Lord, when did we see you hungry and feed you? When did we see you a stranger and invite you in, or naked and clothe you?” And Jesus answers, “In as much as you did it for one of these little ones, you did it for me.” Unlike Peter who raises her from the dead, she may not have met Jesus in person, but she met him in those people for whom she provided. She listened to the other widows and the indigent of the city; she used her wealth to relieve the needs of others; she even involved those other people in the acts of charity that she had begun. She was no retiring wallflower. She used her considerable gifts and level headed judgment of character to make a big difference in the lives of those who were most in need. We haven’t met Jesus face-to-face either, but we see his face in the faces of each one who is here worshiping with us this morning, and in those who are joining us online. In helping each other and in giving our time, our talents and our money to our community, it is Jesus that we are helping.

Third, the story of Dorcas is also a resurrection story. Peter banishes the weeping crowd from her bedside, kneels to pray and then says “Tabitha, arise”. Jesus’ resurrection power is present in the places where we are most vulnerable and afraid. It is present in places of weakness and in moments of terrible loss. Perhaps Peter’s words resonate with us particularly at the moment, spoken as they are in a closed room in the presence of death. Dorcas knew in her own experience that nothing can separate us from God’s love: not even death itself.

There is a footnote in today’s reading that it is easy to miss. Peter was staying at the house of Simon, a tanner. Because the job of tanner involved working with urine, pigeon droppings and dead bodies, it was considered an unclean occupation according to Jewish law. How did Peter – an observing and rather strict Jew when called by Jesus as a disciple – come to change his mind so radically? How can we change our minds about matters that seem so ingrained that we can’t imagine ever altering our deep-seated attitudes and love everyone, regardless of their background? I think Peter began this long process when he left the safety of his home and began to travel. Had he stayed at home in Bethsaida or Jerusalem, he never would have met all those people who helped him change his life and his opinions. He traveled to Samaria where he met those whom he once thought to be unclean. He traveled to Lydda, and today we find him in Joppa. Most of us here at St. Esprit have been on long journeys too. Those journeys have brought us to this community today. As we thank God for all the gifts that we share, we thank God also for each other; for showing us what we would never have discovered had we not embarked on the great journey of faith which will lead to our own transformation and resurrection, just as surely as it led to the resurrection of Dorcas.

NJM

 

Le 4e Dimanche de Pâques                                                                                         le 8 mai 2022

Il est plutôt approprié que la lecture tirée du livre des Actes concerne Tabitha en ce jour de la fête des mères. Elle est également connue sous le nom de Dorcas, la traduction grecque de son nom qui signifie « gazelle ». Elle a même donné son nom à une espèce de gazelle – gazella dorcas – une gazelle aux cornes élégantes, aux longues oreilles pointues et à la poitrine ornée d’un éclair blanc. Tout au long de l’histoire du christianisme, les théologiens et les prédicateurs l’ont considérée comme un exemple du type de service dévoué et fidèle que les veuves devaient offrir à l’Église, même s’il n’est pas tout à fait clair qu’elle l’était elle-même. Elle a certainement aidé les veuves pauvres de la ville portuaire de Joppé (aujourd’hui Jaffa dans le district de Tel Aviv), et il est donc peut-être approprié qu’elle serve d’exemple de ce genre, peut-être même le meilleur exemple dans la Bible qui est pleine d’histoires de femmes qui ont bravement et courageusement donné leur vie au service des autres. Mais cette personne est bien plus que ce que l’on pourrait croire au premier abord. Je connais de nombreuses veuves et femmes âgées – en fait des femmes de tout âge – qui ont transformé les communautés où elles pratiquent leur culte par leur témoignage et leur exemple, et Saint-Esprit a la chance d’être l’une de ces communautés. Ce ne sont pas toujours des femmes douces et passives qui vivent le reste de leur vie dans la tranquillité et s’occupent de modestes bonnes œuvres. Elles sont de fins juges de caractère, des enseignantes par la parole et l’exemple, et certaines des personnes les plus sages de leur communauté. À la lumière de ces observations, voici quelques choses que Dorcas voudrait, je pense, dont nous nous souvenions aujourd’hui.

Premièrement, le consistoire et le personnel de St. Esprit ont beaucoup réfléchi à nos priorités au sortir de la pandémie. Reviendrons-nous à « l’ancien normal » ou devrons-nous nous habituer au « nouveau normal », quel que celui-ci soit ? La pandémie a peut-être laissé une impression indélébile sur nous, mais certaines choses ne vont certainement pas changer. L’histoire de Dorcas nous rappelle que l’Église a toujours été constituée de nombreux petits gestes et actes de service. Certains d’entre eux passent inaperçus jusqu’à ce que la personne qui les accomplit s’éloigne ou meure. Dorcas a eu le privilège de le constater par elle-même. Après sa mort, sa maison a été assiégée par les bénéficiaires de ses actes de bonté. Elle était le ciment de cette communauté. Ne prenons jamais pour acquis ces soi-disant petits gestes : les appels téléphoniques, les courriels et les cartes qui ont continué pendant les années de pandémie ; et maintenant le nettoyage après les offices, ceux qui servent de placeurs et les volontaires, les lecteurs, les arrangeurs de fleurs, les opérateurs de l’équipement de diffusion en direct, la guilde de l’autel et tous ceux qui se présentent en personne pour faire de notre église ce qu’elle est. Ces choses constituent le tissu de la communauté. Ce sont les moyens par lesquels nous partageons l’amour du Christ, notre amour et notre attention les uns pour les autres.

Deuxièmement, Dorcas n’a jamais rencontré Jésus en personne. Elle vivait à plusieurs kilomètres de Jérusalem à Joppé (Jaffa) sur la côte méditerranéenne. Elle nous rappelle ces personnes que Jésus mentionne dans une parabole. Le jour du Jugement, il sépare l’humanité entre les bons et les mauvais. Les bons disent : « Seigneur, quand t’avons-nous vu affamé et t’avons-nous donné à manger, ou assoiffé et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger et t’avons-nous accueilli chez nous, ou nu et t’avons-nous habillé ? ». Et Jésus répond : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait. » Contrairement à Pierre, qui la ressuscite d’entre les morts, elle n’a peut-être pas rencontré Jésus en personne, mais elle l’a rencontré dans ces personnes dont elle s’occupait. Elle a écouté les autres veuves et les indigents de la ville ; elle a utilisé sa richesse pour soulager les besoins des autres ; elle a même impliqué ces autres personnes dans les actes de charité qu’elle avait entrepris. Elle n’était pas du genre timide à faire tapisserie. Elle a utilisé ses dons considérables et son jugement impartial pour faire une grande différence dans la vie de ceux qui étaient le plus dans le besoin. Nous n’avons pas non plus rencontré Jésus face à face, mais nous voyons son visage dans le visage de chacun de ceux qui sont présents ce matin et de ceux qui nous rejoignent en ligne. En nous entraidant et en donnant de notre temps, de nos talents et de notre argent à notre communauté, c’est Jésus que nous aidons.

Troisièmement, l’histoire de Dorcas est aussi une histoire de résurrection. Pierre bannit la foule en larmes de son chevet, s’agenouille pour prier, puis dit « Tabitha, lève-toi ». Le pouvoir de résurrection de Jésus est présent là où nous sommes les plus vulnérables et les plus effrayés. Il est présent dans les lieux de faiblesse et dans les moments de perte terrible. Peut-être les paroles de Pierre résonnent-elles particulièrement en ce moment, prononcées comme elles le sont dans une pièce fermée en présence de la mort. Dorcas savait par sa propre expérience que rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu, pas même la mort.

Il y a une note de bas de page dans la lecture d’aujourd’hui qu’il est facile de manquer. Pierre logeait dans la maison de Simon, un ouvrier du cuir. Parce que ce métier impliquait de travailler avec de l’urine, des fientes de pigeons et des cadavres, il était considéré comme une occupation impure selon la loi juive. Comment Pierre – un Juif observateur et plutôt strict lorsqu’il a été appelé par Jésus comme disciple – en est-il venu à changer d’avis aussi radicalement ? Comment pouvons-nous changer d’avis sur des sujets qui semblent si ancrés en nous que nous ne pouvons pas imaginer un jour modifier des attitudes qui font partie profonde de nous et pouvoir aimer tout le monde, quelle que soit leurs contextes ? Je pense que Pierre a entamé ce long processus lorsqu’il a quitté la sécurité de sa maison et a commencé à voyager. S’il était resté chez lui à Bethsaïde ou à Jérusalem, il n’aurait jamais rencontré toutes ces personnes qui l’ont aidé à changer sa vie et ses opinions. Il s’est rendu en Samarie, où il a rencontré ceux qu’il considérait autrefois comme impurs. Il s’est rendu à Lydda, et aujourd’hui nous le trouvons à Joppé. La plupart d’entre nous, ici à St. Esprit, avons également effectué de longs voyages. Ces voyages nous ont amenés à cette communauté aujourd’hui. Tout en remerciant Dieu pour tous les dons que nous partageons, nous le remercions aussi pour les autres, pour nous avoir montré ce que nous n’aurions jamais découvert si nous ne nous étions pas embarqués dans le grand voyage de la foi qui nous mènera à notre propre transformation et résurrection, aussi sûrement qu’il a mené à la résurrection de Dorcas.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.