Palm Sunday Sermon

Palm Sunday
April 10, 2022
Luke 19:28-40

Palm Sunday is one of those Sundays in the Church’s year that captures the imagination of most church-goers. Even people who don’t usually attend church appreciate the gift of a blessed palm, and we certainly have plenty of them to give away this year! Even though the liturgy for today has many more elements in it than the distribution of palms; including the dramatic reading of the passion and the first communion of Holy Week, it is the palms that have given the Sunday its name. That’s why it’s a little disappointing to note that in Luke’s account of Jesus’ triumphal entry into Jerusalem, palms don’t even get a mention. We still have a donkey and cheering crowds, but the crowds scatter their clothes on the ground, rather than branches. It’s a good thing we have the palms in Matthew and Mark, otherwise we’d be decorating our church with clothes on this Sunday! Although Luke has no palms, he makes up for it by including a saying of Jesus in his gospel that is absent from Matthew and Mark: “I tell you, if these (people) were silent, even the stones would cry out!”

Jesus is quoting the prophet Habakkuk in this little verse (2:11) “The stone will cry out from the wall, and the wooden beams will echo its cry!” The prophet is in despair because the Babylonians have invaded and conquered Jerusalem. They have killed its inhabitants, deported its leaders and looted their homes. This verse is God’s reply to Habakkuk’s lament. God tells the prophet that this terrible tragedy won’t endure forever; that the deliverance to come will be so powerful that even if nobody is there to witness it, the stones themselves will cry out in triumph: a powerful image when pronounced over the ruined buildings of Jerusalem. Jesus is quoting this verse to tell his disciples that his entry into Jerusalem is of such a great significance that it will bring about the rebuilding of humanity itself. The ruins of our human nature will be redeemed by his approaching death and resurrection, and the whole of creation will bear witness to it.

I’m sure we all know people who like to collect stones. They sometimes keep huge piles of them in their houses; heart-shaped stones or distinctively colored or patterned stones picked up in the many places they have visited. I’m from a town in England whose original name was Stones. I was reminded of the origin of the placename during my last visit in March. The local legend goes like this: the town was named after the pile of stones that was raised on the graves of the two princes Ruffin and Wulfad killed in AD 665 by their father, King Wulfhere of Mercia, because they had converted to Christianity. The stones themselves (and the town’s very name) bear witness to their martyrdom. The church where I attended Sunday School is named for St. Michael and St. Wulfad.

Stones are mentioned far more often in Luke’s gospel than palms. On the first Sunday in Lent, the devil tempted Jesus to turn stones into bread. John the Baptist chastised the Pharisees when he told them that their claim to be Sons of Abraham was worth nothing, because God is capable of turning the stones of Palestine into his sons. We hear of the stone that was rejected by the builders that became the cornerstone of the temple. Jesus declares that not one stone of the temple shall be left on another, the whole thing will be destroyed, but he will rebuild it in three days. Jesus also speaks of taking away our heart of stone and replacing it with a heart of flesh. In the final chapters of Luke’s gospel, we are told that a great stone was rolled away from the mouth of the grave where Jesus had been buried.

So, what would these stones say about the entry of Jesus into Jerusalem, were we able to hear them speak? It’s often said that stones carry a memory inside them – that they bear silent witness to the events that have taken place around them. If you have ever made a pilgrimage to the Holy Land, I’m sure that it’s a very moving experience to walk on the very stones that Jesus walked on. Landscapes and cityscapes can move us to remember; and when we remember, to pray with our memories and thoughts. As we walk through our own city, let us remember and pray for those who suffer on our own streets and avenues, and those who suffer on the streets and avenues that are currently witnessing the terrible effects of war. Secondly, were the stones able to cry out they would remind us of Paul’s saying in Romans 8, that the whole of creation groans with eager longing to see the return of the savior. Christ’s death and resurrection have repercussions that go beyond the narrow concerns of the ‘saved’ who are safely behind the stone walls of churches. Jesus’ incarnation showed us the sacredness of all matter. The stones themselves are crying out because of our wanton destruction of our planet and its ecosystems. Finally, the stones stand for those who have no voice – the voiceless poor and marginalized of every age and every country. Jesus is their king. Modern-day Pilates may repress them, but their voice will be heard despite the world’s efforts to silence them. Jesus suffers alongside them. He gives power to the powerless through his death and resurrection. Listen carefully for his voice as Holy Week begins, and you will find that your longings do not fall on deaf ears. They are – and will be – heard by the One who came to reconcile all things to himself.

NJM

 

Dimanche des Rameaux                                                                                          le 17 avril 2022

Le dimanche des Rameaux est l’un de ces dimanches de l’année de l’Église qui captive l’imagination de la plupart des pratiquants. Même les personnes qui ne vont pas habituellement à l’église apprécient le don d’un rameau béni, et nous en avons certainement beaucoup à distribuer cette année ! Même si la liturgie d’aujourd’hui comporte bien d’autres éléments que la distribution de ces rameaux, notamment la lecture dramatique de la passion et la première communion de la semaine sainte, ce sont les rameaux qui ont donné à ce dimanche son nom. C’est pourquoi il est un peu décevant de constater que dans le récit de Luc sur l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, les rameaux ne sont même pas mentionnés. Nous avons toujours un âne et des foules en liesse, mais les foules éparpillent leurs vêtements sur le sol, plutôt que des branches. C’est une bonne chose que nous ayons les rameaux chez Matthieu et Marc, sinon nous décorerions notre église avec des vêtements ce dimanche ! Bien que Luc ne mentionne pas les rameaux, il se rattrape en incluant dans son évangile une parole de Jésus absente chez Matthieu et Marc : « Je vous le déclare, s’ils se taisent, les pierres crieront ! »

Jésus cite le prophète Habacuc dans ce petit verset (2,11) « Même les pierres des murs crieront pour vous accuser, et les poutres des charpentes leur feront écho. » Le prophète est désespéré car les Babyloniens ont envahi et conquis Jérusalem. Ils ont tué ses habitants, déporté ses dirigeants et pillé leurs maisons. Ce verset est la réponse de Dieu à la complainte d’Habacuc. Dieu dit au prophète que cette terrible tragédie ne durera pas éternellement ; que la délivrance à venir sera si puissante que même si personne n’est là pour en être témoin, les pierres elles-mêmes crieront en triomphe : une image puissante lorsqu’elle est prononcée sur les bâtiments en ruine de Jérusalem. Jésus cite ce verset pour dire à ses disciples que son entrée à Jérusalem est d’une telle importance qu’elle entraînera la reconstruction de l’humanité elle-même. Les ruines de notre nature humaine seront rachetées par sa mort et sa résurrection prochaines, et la création tout entière en témoignera.

Je suis sûr que nous connaissons tous des personnes qui aiment collectionner des morceaux de pierres. Ils en gardent parfois d’énormes piles dans leur maison, des pierres en forme de cœur ou des pierres aux couleurs ou aux motifs particuliers, ramassées dans les nombreux endroits qu’ils ont visités. Je suis originaire d’une ville d’Angleterre dont le nom d’origine était Stones. L’origine de ce nom m’a été rappelée lors de ma dernière visite en mars. La légende locale est la suivante : la ville a été nommée d’après le tas de pierres qui aurait été élevé sur les tombes des deux princes Ruffin et Wulfad, tués en 665 par leur père, le roi Wulfhere de Mercia, parce qu’ils s’étaient convertis au christianisme. Les pierres elles-mêmes (et le nom même de la ville) témoignent de leur martyre. L’église où je suis allé à l’école du dimanche porte le nom de Saint-Michel et de Saint-Wulfad.

Les pierres sont mentionnées bien plus souvent que les rameaux dans l’évangile de Luc. Le premier dimanche du Carême, le diable a tenté Jésus de transformer les pierres en pain. Jean le Baptiste a châtié les pharisiens en leur disant que leur prétention à être des fils d’Abraham ne valait rien, car Dieu est capable de transformer les pierres de Palestine en ses fils. Nous entendons parler de la pierre rejetée par les bâtisseurs qui est devenue la pierre angulaire du temple. Jésus déclare qu’il ne restera pas une pierre du temple sur une autre, que tout sera détruit, mais qu’il le reconstruira en trois jours. Jésus parle aussi de nous retirer notre cœur de pierre et de le remplacer par un cœur de chair. Dans les derniers chapitres de l’évangile de Luc, on nous dit qu’une grande pierre a été roulée à l’entrée de la tombe où Jésus avait été enterré.

Alors, que diraient ces pierres sur l’entrée de Jésus à Jérusalem, si nous pouvions les entendre parler ? On dit souvent que les pierres portent en elles une mémoire, qu’elles témoignent en silence des événements qui se sont déroulés autour d’elles. Si vous avez déjà fait un pèlerinage en Terre sainte, je suis sûr que c’est une expérience très émouvante de marcher sur les mêmes pierres que celles sur lesquelles Jésus a marché. Les paysages et les villes peuvent nous inciter à nous souvenir ; et lorsque nous nous en souvenons, à prier avec nos souvenirs et nos pensées. Lorsque nous marchons dans notre propre ville, souvenons-nous et prions pour ceux qui souffrent dans nos propres rues et avenues, et pour ceux qui souffrent dans les rues et les avenues qui sont actuellement témoins des terribles effets de la guerre. Deuxièmement, si les pierres étaient capables de crier, elles nous rappelleraient la phrase de Paul dans le 8e chapitre de l’épître aux Romains, selon laquelle la création tout entière gémit avec un désir ardent de voir le retour du sauveur. La mort et la résurrection du Christ ont des répercussions qui vont au-delà des préoccupations étroites des « sauvés » qui sont en sécurité derrière les murs de pierre des églises. L’incarnation de Jésus nous a montré le caractère sacré de toute matière. Les pierres elles-mêmes crient à cause de notre destruction gratuite de notre planète et de ses écosystèmes. Enfin, les pierres représentent ceux qui n’ont pas de voix – les pauvres sans voix et les marginalisés de tous les temps et de tous les pays. Jésus est leur roi. Le Pilate des temps modernes peut les réprimer, mais leur voix sera entendue malgré les efforts du monde pour les réduire au silence. Jésus souffre à leurs côtés. Il donne du pouvoir aux impuissants par sa mort et sa résurrection. Écoutez attentivement sa voix en ce début de semaine sainte, et vous constaterez que vos désirs ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd. Ils sont – et seront – entendus par Celui qui est venu réconcilier toutes choses avec lui-même.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.