Easter V – AGM Sermon

Easter V / AGM
May 2, 2021
Acts 8:26-40     I John 4:7-21     John 15:1-8

I have always liked these passages we read from John’s gospel and John’s first letter. There is something enormously comforting about the idea of ‘dwelling’ in God’s love, like a vine grafted onto a root-stock or a person dwelling in the safety of their home. Both these images seem to imply a state of mind rather than an intellectual and conscious effort of trying to remember that you are ‘staying’ somewhere. When I’m at home, I’m not constantly thinking, “I’m at home”, I simply live there and enjoy the benefits of that space. We’re all probably very well aware of that feeling after the past year. Our homes have sometimes felt like the only places of safety in the city, and sometimes almost like prisons; especially if we have had to use them to sleep, rest, eat and work. We have also missed other places that we have usually habitually ‘dwelt’ in, like our beloved church sanctuary or a favorite restaurant in the City. The pandemic has raised some new questions about where we ‘dwell’.

In both French and English, there are many words to describe our residences (abode, house, home, domicile, habitation – even slang words like ‘pad’ or ‘piaule). This abundance of vocabulary shows us how important it is to have a place to call your own, and how important it is never to take those places for granted. They confer privacy and security to our lives that not everyone is lucky enough to have. We need only to think of refugees from persecution or war, or the homeless women and men in our own City of New York to realize that the right to have somewhere to call your own is very far from being universally enjoyed.

Those who are lucky enough to have a place of their own also know that this privilege comes with certain responsibilities. We have to earn enough money to pay the rent. We have to maintain our apartment and keep it clean and tidy. Sometimes the most invisible things cause the most trouble – the plumbing, the foundations or the heating system. Having a residence, a habitation or a domicile isn’t always plain sailing. Just when you think that you can sit back and enjoy it, something surprises you and needs immediate attention.

The same might be true of this idea that we ‘abide’ in God’s love. On the one hand, we derive security from abiding in that love; just as when we live in a house, we don’t always need to be conscious of the four walls that surround us. Abiding in Christ is like that: it is a state of being. It is as if the four walls of his constant and unfailing love are all around us, whether we are aware of them or not. Christ’s love becomes our residence and our habitation: a habitation that protects, and also a habitation that welcomes others. As John reminds us, we welcome others into the warmth and the security of Christ’s love, by loving others as he has first loved us.

But we also need to remember that this dwelling needs upkeep and maintenance. We may be mostly unconscious of our dwelling in Christ’s love, but if we take it for granted, that dwelling can soon fall into disrepair. Over the past year, some of our most beloved ways of dwelling in that love have been taken from us. We couldn’t meet physically in the church. Our access to the sacraments has been severely restricted. The ways in which we have dwelt in God’s love through our festivals and parties have been impossible. Some of the unconscious ways in which we dwelt in God’s love were taken away from us; perhaps precisely because we needed to take them less for granted in order to rejoice in them more when they return later this year. But there is one thing about that dwelling that the pandemic hasn’t been able to take away: Christ’s promise to dwell with us until the end of the age; no matter what the circumstances.

This pandemic has forced us to find other ways to abide together in God’s love. It hasn’t been easy for any of us. How on earth would it be possible to ‘abide’ in God’s love on YouTube or through Zoom? We have had the great good fortune of Fred, Cynthia, Aya, Joris and Wendy who have helped us to experience ways in which this has been possible. We have been blessed by those who have participated in those services on-line to keep the reality of abiding in God’s love alive. In rare moments, I think we have all been conscious that those tools that we all once overlooked have become the very tools through which we communicate God’s love and care to each other, and that enable us to abide in that love.

The beautiful passage from John’s gospel comes at the heart of Jesus’ last meal with his disciples. It’s spoken on the same night that he washed their feet, and on the same night that he was betrayed. His words were carefully chosen because they are the words of someone who knew that he hadn’t much time left to teach them the most important lesson of all. And that lesson is no less important now than it was then. The only thing that will bring us all back together in person after this pandemic is over is the very thing that has held us together as we have passed through it. It is the love in which we dwell in Christ, and the love that we bear for one another. Abide in that love, and bear much fruit.

NJM

Le cinquième dimanche de Pâques | Le dimanche de l’assemblée générale | le 2 mai 2021

J’ai toujours aimé ces passages que nous venons de lire de l’Évangile de Jean et de la première lettre de Jean. Il y a quelque chose d’énormément réconfortant dans l’idée de ‘demeurer’ dans l’amour de Dieu, comme une vigne greffée sur un rhizome, ou une personne qui est chez elle, en sécurité. Ces deux images semblent insinuer un état d’esprit plutôt qu’un effort intellectuel ou conscient d’essayer de se souvenir que vous ‘passez du temps’ quelque part. Quand je suis chez moi, je ne me dis pas constamment « Je suis chez moi », j’y vis simplement et je profite des bénéfices qu’apporte ce lieu. Nous sommes surement tous très proches de ce sentiment compte tenu de l’année qui vient de passer. Nos domiciles ont parfois semblé être les seuls endroits où nous étions en sécurité dans la ville, et parfois même ils ont pu ressembler à des prisons ; surtout si nous avons dû les utiliser pour dormir, se reposer, manger et travailler. D’autres endroits où nous avions eu l’habitude de ‘demeurer’ nous ont aussi manqué, comme notre bien-aimé sanctuaire ou notre restaurant préféré à New-York. La pandémie a soulevé de nouvelles questions quant aux endroits où nous ‘demeurons’.

En français comme en anglais, il y beaucoup de mots pour décrire nos résidences (abode, house, home, domicile, habitation – même des mots d’argots comme ‘pad’ ou ‘piaule’). Cette abondance de vocabulaire nous montre à quel point il est important d’avoir un endroit que l’on peut appeler chez soi, et à quel point il est important de ne jamais les considérer comme acquis. Ces endroits offrent une intimité et une sécurité à nos vies que nous n’avons pas tous la chance de posséder. Il suffit seulement de penser aux réfugiés des persécutions ou des guerres, ou aux femmes et aux hommes sans abri dans notre ville de New-York, pour réaliser que le droit d’avoir un endroit que l’on peut appeler chez soi est bien loin d’être apprécié de façon universelle.

Ceux qui ont la chance d’avoir un chez eux savent aussi que certaines responsabilités sont attachées à ce privilège. Nous devons gagner assez d’argent pour payer le loyer. Nous devons maintenir notre appartement et le garder propre et bien rangé. Parfois les choses les plus invisibles causent le plus de problèmes – la plomberie, les fondations ou le chauffage. Ce n’est pas toujours une navigation en eaux calmes que d’avoir une résidence, une habitation ou un domicile. Quand vous pensez que vous pouvez enfin vous relaxer et l’apprécier, quelque chose vous surprend et doit être réglé tout de suite.

Il en est de même pour cette idée que nous ‘demeurons’ dans l’amour de Dieu. D’un côté, cette demeure d’amour nous apporte la sécurité ; tout comme quand nous demeurons dans une maison, nous ne devons pas toujours être conscient des quatre murs qui nous entourent. Demeurer en Christ est similaire : c’est un état d’esprit. C’est comme si les quatre murs de cet amour constant et infaillible étaient autour de nous, que nous en ayons conscience ou non. L’amour du Christ devient notre résidence et notre habitation : une habitation qui protège, et aussi une habitation qui accueille les autres. Comme Jean nous le rappelle, nous accueillons les autres dans la chaleur et la sécurité de l’amour du Christ en aimant les autres comme il nous a d’abord aimés.

Mais nous devons aussi nous souvenir que cette demeure a besoin d’être maintenue et entretenue. Il est possible que nous soyons la plupart du temps inconscients du fait que nous demeurons dans l’amour du Christ, mais cette demeure pourrait bien vite devenir délabrée si nous la considérons comme acquise. Au cours de l’année passée, certaines de nos façons préférées de demeurer dans cet amour nous ont été retirées. Nous n’avons pas pu nous retrouver en personne dans l’église. Notre accès aux sacrements a été sévèrement restreint. Il a été impossible de demeurer dans l’amour de Dieu de la façon dont nous l’avons fait auparavant à travers nos fêtes et nos réceptions. Certaines des façons inconscientes par lesquelles nous demeurions dans l’amour de Dieu nous ont été retirées ; peut-être précisément parce que nous avions besoin de les considérer un peu moins comme acquises pour en profiter encore plus quand elles reviendront plus tard cette année. Mais il y a une chose à propos de cette demeure que la pandémie n’a pas pu retirer : la promesse du Christ de demeurer en nous jusqu’à la fin des temps ; quelles que soient les circonstances.

Cette pandémie nous a forcé à trouver d’autres moyens de demeurer ensemble dans l’amour de Dieu. Ça a été difficile pour tous. Comment pourrions-nous donc bien demeurer dans l’amour de Dieu sur YouTube ou par Zoom ? Nous avons eu la chance d’avoir avec nous Fred, Cynthia, Aya, Joris et Wendy qui nous ont aidés à trouver des façons par lesquelles cette expérience a été possible. Ceux qui ont participé à ces offices en ligne afin de conserver la vitalité de cette demeure en Dieu ont été une vraie grâce pour nous. Lors de rares moments, je crois que nous avons tous été conscients que ces outils que nous avions auparavant négligés sont devenus les outils mêmes à travers lesquelles nous communiquons l’amour et l’attention de Dieu aux autres, et cela nous permet de demeurer dans cet amour.

Le beau passage de l’Évangile de Jean vient au cœur du dernier repas de Jésus avec les disciples. Il est prononcé la nuit même où il avait lavé leurs pieds, et cette même nuit où il a été trahi. Ses paroles sont choisies avec soin car ce sont les paroles de quelqu’un qui savait qu’il ne lui restait pas beaucoup de temps pour leur apprendre la plus importante de toutes les leçons. Et cette leçon est toute aussi importante aujourd’hui qu’elle ne l’était à ce moment. La seule chose qui nous ramènera tous ensemble, en personne quand cette pandémie sera finie est exactement la même chose que ce qui nous a maintenu ensemble alors que nous la traversions. C’est l’amour dans lequel nous demeurons en Christ, et l’amour que nous portons pour nos prochains. Demeurez dans cet amour, et donnez beaucoup de fruits.

NJM Ver. Fr FS

Posted in sermons.