Pentecost VII

July 19, 2020

Genesis 28:10-19   Romans 8:12-25   Matthew 13:24-43

Though Edwin Muir was born on the island of Orkney in Scotland, he must be one of the most well-travelled poets in history. He spent time in London, Prague, Germany, Italy and Austria. He was Norton Professor of English at Harvard University. He had a conversion experience in St. Andrews, Scotland, and many of his poems are marked by a deep Christian spirituality. His life was far from easy. While still young, the death of his father, two brothers and mother happened in the space of a few short years and he was obliged to work in a factory that turned bones into charcoal. One of his most famous poems is based on the parable of the Wheat and the Tares in the gospel of Matthew. Here are a few lines taken from the poem.

One foot in Eden still I stand / and look across the other land. / The world’s great day is growing late, / Yet strange these fields that we have planted / so long with crops of love and hate….. / .. Nothing now can separate / the corn and the tares compactly grown…./.. But famished field and blackened tree / Bear flowers in Eden never known. / Blossoms of grief and charity / bloom in these darkened fields alone. / What had Eden ever to say / Of hope and faith and pity and love? / Strange blessings never in Paradise / Fall from these beclouded skies. 

He evokes the desolation of Europe after the Second World War, but it also sets the futility and waste of that War against the bravery and charity shown by those who lived through those times. If you were in New York City when the Twin Towers fell, you might remember the anger and grief of the following days, but you might also remember the pity, the compassion and the love that drew people together in the weeks that followed. Muir’s poem doesn’t give us an explanation of evil. He is movingly reflecting on the evil and the good that are part and parcel of our human condition.

We see the same thing in today’s parable. As an explanation of the origin of evil, it isn’t very satisfactory. Firstly, who is this enemy who comes in the night to sow weeds in the farmer’s field? Why is he allowed to get away with this sabotage unpunished? We don’t know where he’s from, or why he’s feuding with the farmer. Secondly, why does the farmer allow the weeds to grow alongside the wheat? Why can’t something be done immediately to separate the two?

I don’t think that Jesus told this parable to answer those questions. He wasn’t trying to explain the origin of evil. He simply accepts that evil is present in the world, and then reassures us that the world in which we live is ultimately under God’s control. When he says, ‘An enemy has done this!’ he reminds us that God isn’t responsible for the evil in the world. There is an on-going conflict between God and the evil that marks the world we live in. The parable tells us not only that God isn’t the author of evil, but that God alone can distinguish good from bad. The final separation between the two won’t be made immediately. It will be made at a future time when the results of our decisions and actions will be clearer.

The farm laborers want to go out and get rid of the weeds as quickly as possible. The farmer stops them because he knows two things that they don’t. Firstly, when wheat and tares begin to grow, their leaves look the same. It is easy to mistake one for the other. Secondly, even if you were able to tell them apart, it would be dangerous to pull up the tares because their roots are so deeply enmeshed with the roots of the wheat. If you remove one, you’ll also pull the other out of the ground, and your crop will be ruined. The farmer knows that the two must grow together, but a time will come when the difference between them will be very clear. One will bear fruit, and the other won’t. A good crop will be harvested, and nothing good will be lost.

This parable doesn’t say that evil is present in the world to “Teach us a lesson” or to “Improve our character”. Evil is the work of the enemy. Disease, prejudice, starvation, war and poverty have no positive value whatsoever. And yet, we are forced to grow side by side with them. Our roots are intertwined. For the time being, we can’t be separated. Muir’s poem is so moving because it reveals to us a haunting fact. Much as we might like to, we are not growing in some perfect Eden, with temperatures and rainfall ideally suited to the nourishment of our souls to perfection. We are growing in famished fields and under darkened skies. And the fruits that we bear are all the more strange and beautiful for this. Hope, faith, pity and love take root in the difficult soils in which we’re planted.

Think of our current situation. It is certainly not ideal soil or ideal weather conditions to produce unblemished and perfect fruit. But here in New York, we are beginning to see what some of that strange and beautiful fruit might look like. We have been carried through by the courage of the essential workers – especially those who have been on the front lines in hospitals. We are slowly and painfully learning new ways to be together while this storm lasts. We have mourned the passing of some of our beloved members and felt gratitude for the time that they were with us. The tensions produced by the virus have led us to see that our lives are deeply enmeshed with each other, and they have highlighted racial equality in our country. Once again, it is too early to distinguish between the bad and the potential good that might be the harvest of these times.

Finally, Jesus’ strange little parable teaches us an important truth. We are not the farmers. God plants. God waters. And we are not the harvesters either. God brings in the harvest and separates the good from the bad. Most of the time, we find it hard to tell the difference. Our efforts to eradicate wickedness – most of all when we want to do it to others – only pulls up our own roots. God also knows the conditions that we are growing in. It’s God’s harvest, after all. Muir’s final lines are the most reassuring, because they remind us of the tree of the Cross, and the fruit that the tree bears. God doesn’t ask us to grow in soil that God is ignorant of. Christ was planted in the same soil as us. Had we stayed in Eden, we would never have tasted the strangest and most beautiful fruit of all: the fruit of redemptive love. “Strange blessings, never in Paradise, fell from these beclouded skies.”

NJM

 

Le septième dimanche après la Pentecôte                                                                le 19 juillet 2020

Bien qu’Edward Muir soit né sur l’ile d’Okney en Écosse, il doit être l’un des poètes qui a le plus voyagé de l’histoire. Il a passé du temps à Londres, à Prague, en Allemagne, en Italie et en Autriche. Il était Norton Professor d’Anglais à Harvard. Il a vécu une expérience de conversion à St. Andrews en Écosse, et beaucoup de ses poèmes sont marqués par une spiritualité profondément chrétienne. Sa vie était loin d’être facile. Alors qu’il était encore jeune, son père, ses deux frères et sa mère sont morts dans l’espace de quelques années et il a dû travailler dans une usine qui transformait les os en charbon. L’un de ses poèmes les plus connus est basé sur la parabole du bon blé et de la mauvaise herbe dans l’Évangile de Matthieu. Voici quelques lignes tirées du poème :

Je me tiens toujours un pied dans l’Eden / et je regarde en face vers l’autre terre. / La pousse du grand jour du monde prend du retard, / Tellement étranges ces champs que nous avons plantés / pendant si longtemps de culture d’amour et de haine… / … Rien ne peut maintenant séparer / le maïs et l’ivraie cultivés solidement ensembles… / … Mais les champs affamés et les arbres noircis / portent des fruits inconnus dans l’Eden. / Germes de chagrin et de charité / éclosent seuls dans ces champs noircis. / Qu’est-ce que l’Eden pourrait dire / de l’espérance et de la foi, et de la pitié et de l’amour ? / Grâces étranges, jamais au Paradis / tombent de ces cieux obscurcis.

Il évoque la désolation de l’Europe de la Seconde Guerre Mondiale, mais il met aussi en contraste la futilité et le gâchis de cette guerre face à la bravoure et la charité démontrées par ceux qui ont vécu à travers ces épreuves. Si vous étiez à New-York lorsque les tours jumelles se sont effondrées, vous vous souviendrez peut-être de la haine et de la douleur qui en ont suivi, mais vous vous souviendrez peut-être aussi de la pitié, de la compassion et de l’amour qui ont rassemblé les gens dans les semaines qui ont suivi. Le poème de Muir ne nous donne pas d’explication du mal. Il réfléchit de façon émouvante sur le mal et le bien qui font le tout de la condition humaine.

Nous voyons la même chose dans la parabole d’aujourd’hui. En tant qu’explication de l’origine du mal, ce n’est pas très satisfaisant. Premièrement, qui est l’ennemi qui vient dans la nuit pour semer de la mauvaise herbe dans le champ du fermier ? Comment peut-il commettre cet acte de sabotage impunément ? Nous ne savons pas d’où il vient, ou pourquoi il a une querelle avec le fermier. Deuxièmement, pourquoi est-ce que le fermier laisse la mauvaise herbe pousser à côté de son blé ? Ne peut-il pas faire quelque chose pour séparer les deux ?

Je ne crois pas que Jésus ait prononcé cette parabole afin de répondre à ces questions. Il n’essayait pas d’expliquer les origines du mal. Il accepte simplement que le mal est présent dans le monde, puis il nous rassure que le monde dans lequel nous vivons est à terme sous le contrôle de Dieu. Lorsqu’il dit ‘voilà ce que son ennemi a fait’, il nous rappelle que Dieu n’est pas responsable du mal dans le monde. Il y a un conflit continu entre Dieu et le mal qui marque le monde dans lequel nous vivons. La parabole ne nous dit pas seulement que Dieu n’est pas l’auteur du mal, mais que seul Dieu peut différencier le bon du mauvais. La séparation finale entre les deux ne se fera pas immédiatement. Elle se fera à un moment futur lorsque les résultats de nos décisions et de nos actions seront plus clairs.

Les serviteurs veulent se débarrasser de la mauvaise herbe au plus vite. Mais le fermier les arrête car il sait deux choses qu’eux ne savent pas. Premièrement, lorsque le blé et la mauvaise herbe commencent à pousser, leurs feuilles sont identiques. Il est facile de se méprendre sur l’une, ou l’autre. Deuxièmement, même si vous étiez capables de les différencier, il serait trop dangereux de déraciner la mauvaise herbe car sa racine est complètement entrelacée avec celle du blé. Si vous en déraciniez une, l’autre viendrait avec, et votre moisson serait détruite. Le fermier sait que les deux doivent pousser ensemble, mais le moment viendra où la différence entre les deux sera très claire. L’un portera des fruits, l’autre n’en aura pas. Il y aura une bonne récolte et rien de bon ne sera perdu.

Cette parabole ne dit pas que le mal est présent dans le monde pour « nous donner une bonne leçon » ou pour « nous rendre meilleurs ». Le mal est l’œuvre de l’ennemi. La maladie, le préjudice, la famine, la guerre et a pauvreté n’ont aucune valeur positive. Et pourtant, nous sommes forcés à grandir côte à côte avec celui-ci. Nos racines sont entrelacées. Pour le moment, nous ne pouvons pas être séparés. C’est parce qu’il nous révèle un fait troublant que le poème de Muir est si émouvant. Tout autant que nous l’aimerions, nous ne grandissons pas dans un Eden parfait, où la température et la pluie sont en parfaite harmonie et répondent aux besoins de nos âmes. Nous grandissons dans des champs affamés sous des ciels obscurcis. Et les fruits que nous portons en sont tout autant étranges et beaux. L’espérance, la foi, la pitié et l’amour prennent racine dans le sol complexe où nous sommes plantés.

Pensez à notre difficile situation actuelle. Ce n’est surement pas un sol idéal avec des conditions climatiques idéales pour produire un fruit parfait. Mais ici, à New-York, nous commençons à voir ce à quoi ce fruit étrange et beau pourra ressembler. Nous avons été portés par le courage des travailleurs essentiels – surtout ceux qui sont en première ligne dans les hôpitaux. Nous sommes doucement et douloureusement en train d’apprendre de nouvelles façons d’être ensemble durant cette tempête. Nous avons déploré le départ de certains de nos chers membres, et nous avons rendu grâce pour le temps qu’ils ont passé avec nous. Les tensions créées par le virus nous ont menés à voir que nos vies sont profondément entremêlées, et elles ont mis au jour les inégalités raciales de notre pays. Une fois encore, il est trop tôt pour différencier ce qui est mauvais de ce qui est potentiellement bon et qui pourrait constituer la moisson de ces temps.

Enfin, La petite parabole étrange de Jésus nous enseigne une vérité importante. Nous ne sommes pas les fermiers. Les plantes de Dieu. L’eau de Dieu. Nous ne sommes pas non plus ceux qui font la récolte. Dieu est en charge de la moisson, et sépare le bon du mauvais. La plupart du temps, nous avons du mal à faire la différence. Nos efforts afin d’éradiquer la cruauté – et surtout lorsqu’il s’agit de celle des autres – ne font qu’extirper nos propres racines. Dieu connaît aussi les conditions dans lesquelles nous grandissons. C’est Sa moisson après tout. Les derniers versets de Muir sont les plus rassurants, parce qu’ils nous rappellent l’arbre de la Croix, et le fruit que cet arbre porte. Dieu ne nous demande pas de pousser d’un sol dont Il ignore les conditions. Le Christ a été planté dans ce même sol. Si nous étions restés dans l’Eden, nous n’aurions jamais gouté au fruit le plus beau qu’il soit : le fruit de l’amour rédempteur. « Grâces étranges, jamais au Paradis, tombent de ces cieux obscurcis. »

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.